UV : le ministère s’en mêle !

Le 3 juin 2015 - Par La rédaction

Avec 10 000 cas et près de 2 000 décès par an, le mélanome cutané est l’un des cancers qui a connu la plus forte augmentation ces dernières années en France. Premier facteur de risque de développement de la maladie : l’exposition aux rayons UV.

Face à l’augmentation de  l’utilisation des UV artificiels, le projet de loi de modernisation du système de santé renforce l’encadrement de la pratique du bronzage artificiel. Adopté en première lecture à l’Assemblée nationale au mois d’avril dernier, le texte propose ainsi plusieurs mesures pour améliorer la prévention des risques de cancers de la peau liés à la pratique du bronzage artificiel :

  • Le renforcement de l’information des utilisateurs sur les dangers des UV artificiels
  • L’interdiction d’accueillir des mineurs dans les cabines de bronzage
  • L’ interdiction de la publicité pour les cabines et les appareils de bronzage ;
  • L’interdiction de la vente ou de la cession d’appareils de bronzage aux particuliers ;
  • La formation obligatoire des professionnels qui mettent un appareil de bronzage à la disposition du public aux risques pour la santé de l’exposition aux rayonnements UV.

Des mesures fortes, prévues dans le cadre du Plan cancer 2014-2019 lancé le 4 février 2014 par le Président de la République, illustrant la détermination du gouvernement à faire diminuer le nombre de cas de cancers de la peau en France  et qui viennent s’ajouter aux actions de dépistage menées  par de nombreux professionnels de santé, en particulier les dermatologues.