Tour d’horizon des remèdes de la ruche

Le 29 juin 2017 - Par Vanessa Bernard

Il faut savoir qu’une des grandes vertus du miel est son pouvoir cicatrisant. Mais outre le délicieux nectar de l’abeille, il est d’autres trésors cachés de la ruche… Tour d’horizons des remèdes issus de l’apiculture. 

Le pollen

Il s’agit d’un complément alimentaire naturel riche en nutriments essentiels contenant des protéines, de nombreuses vitamines, des oligo-éléments variés, des antioxydants naturels mais aussi des produits réduisant l’absorption du cholestérol… On dit ainsi des pollens qu’ils agissent sur le système digestif, en stimulant les fonctions gastriques, qu’ils réduisent la fatigue, le stress, les problèmes circulatoires,et  stimulent les défenses immunitaires.

La propolis

Matière végétale produite par les abeilles pour garantir l’asepsie de leur ruche, la propolis, pure ou liquide, est réputée depuis l’Antiquité pour ses effets bénéfiques dans le traitement et la prévention des affections respiratoires. Elle est considérée comme un excellent immunostimulant, et se révèle être un antibiotique et un cicatrisant très actifs. La propolis est ainsi reconnue pour son activité antioxydante, antibactérienne, antifongique, antivirale (contre les virus de la grippe et de l’herpès, notamment). On lui reconnaît aussi un pouvoir anti-inflammatoire et sur le système immunitaire. Elle aurait également une action bienfaitrice sur les effets secondaires des traitements anti-cancéreux. Attention toutefois à bien demander conseil à son professionnel de santé.

La gelée royale

Alimentation exclusive de la reine, la gelée royale serait également très bonne pour la santé. On la dit, en effet, vasodilatatrice et hypotensive, anti-cholestérolémique, et anti-cancérigène. Elle profiterait aussi d’un action anti-virale, et anti-oestrogénique chez les femmes ménopausées. Préconisée en cure, 2 à 3 fois par an, la gelée royale nous permet aussi de rester en forme. Attention toutefois aux contre-indications : les personnes allergiques au miel, aux plantes composées, aux pollens, au venin, ou ayant de l’asthme ou des eczémas doivent demander un avis médical. En cas de cancer, aussi, l’opinion d’un professionnel de santé est indispensable.

La cire d’abeille 

La cire d’abeille peut agir comme épaississant, comme excipient. En dermatologie, elle intègre parfois crèmes, lotions, et rouges à lèvre. On en trouve aussi dans les boules Quies de protection auditive, les pilules, les suppositoires, les onguents, les savons, les liniments… L’industrie y a souvent recours pour ses vertus imperméabilisantes, éclairantes, ou encore protectrices.

Le miel

Que dire du miel qu’au goût, déjà, nous aimons tant. On dit du miel qu’il stimule la croissance, on lui prête aussi des vertus antibactérienne, des propriétés cicatrisantes sur les plaies, les nécroses pariétales, les brûlures y compris les lésions induites par la radiothérapie. Le miel est aussi une source alimentaire d’antioxydants.

Le venin d’abeilles

L’apipuncture a autant de défenseurs que de détracteurs. Cette thérapie qui consiste à déposer, à l’aide d’une pince, une ou des abeilles vivantes sur la peau d’un sujet sur les zones douloureuses ou encore sur des points d’acupuncture, se sert du venin des abeilles pour soigner. Attention toutefois : l’usage de venin doit se faire seulement sur prescription médicale, sous une surveillance médicale rigoureuse pour des affections parfaitement déterminées, en tenant compte des contre-indications. Un matériel de réanimation complet, dont l’usage est bien connu du praticien, doit être présent sur le lieu du soin.

©2015 iStockphoto /Kesipun

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>