Santé, les nouveautés de l’été

Le 2 juillet 2015 - Par Vanessa Bernard

Cet été 2015 qui s’amorce nous réserve quelques réformes. Tour d’horizon de ces changements qui risquent de changer notre quotidien.

L’Aide à la Complémentaire Santé (ACS, voir plus bas) pour les publics aux revenus modestes connaît une petite révolution. Ainsi, les assurés concernés peuvent désormais choisir entre 10 différents contrats garantissant un panier de soins minimal, sans obligation d’avancer les frais inhérents. Changement encore du côté des conducteurs avec un taux d’alcoolémie autorisé au volant revu à la baisse : les accoutumés de l’infraction qui se sont déjà vus retirer leur permis sont soumis à une nouvelle réglementation. Depuis le 1er juillet, en effet, le taux autorisé pour eux est de 0,2g/l de sang, contre 0,5g/l jusqu’alors. Lutte contre les dangers de la route encore avec l’interdiction pour les conducteurs d’utiliser oreillettes et kit mains-libres… Les conversations téléphoniques, c’est par haut-parleur désormais pour les voitures et par casques pour les deux roues. 

Face à l’augmentation des maladies liées à l’exposition à l’amiante comme les cancers des poumons ou encore la plèvre, les pouvoirs publics ont décidé de sévir. Le début du mois de juillet a ainsi été marqué par une baisse significative de la valeur d’exposition limite aux fibres d’amiante. Jusqu’ici, le seuil autorisé était de 100 fibres par litre, il chute à 10.

Autre bonne nouvelle avec l’obligation désormais pour les restaurateurs d’afficher dans leurs menus les aliments allergènes ou de mettre à disposition la présence de 14 substances pouvant provoquer des allergies ou des intolérances dans les denrées alimentaires.

Enfin, notons aussi les nouvelles règles d’affichage des prix pour les médicaments. Depuis le 1er juillet, ils doivent être visibles et lisibles dès lors qu’ils sont exposés à la vue du public. Une règle qui s’applique aussi à ceux « cachés » dans les étals des officines : à défaut d’un étiquetage sur le produit, les pharmaciens doivent au moins mettre à disposition de leurs clients un catalogue de prix.

Autant de mesures santé qui devraient changer notre quotidien… en mieux !

 L’ACS, kesako ?

L’ACS est réservée aux personnes dont les ressources sont légèrement supérieures au plafond d’attribution de la CMU-C. Elle donne droit, durant un an, à une aide financière pour payer son contrat de complémentaire santé. Concrètement, cette aide nous permet de réduire, et dans certains cas de prendre en charge totalement, le montant de notre cotisation annuelle. Lors de nos visites chez le médecin, l’ACS nous permet également de bénéficier d’une dispense totale d’avance des frais. De plus, grâce à elle, nous pouvons bénéficier des tarifs médicaux sans dépassement d’honoraires dans le cadre d’un parcours de soins coordonnés, quel que soit le médecin, même s’il pratique des honoraires libres.