Prévenir les allergies alimentaires : des tests concluants

Le 10 novembre 2015 - Par Manon Costantini

Des chercheurs de l’Inserm seraient sur le bon chemin pour prévenir les allergies alimentaires. Grâce à une série de tests, un lien a été établi entre les prébiotiques et la tolérance aux allergies. Explications.

Ainsi, des chercheurs de l’Inserm ont centré leurs recherches sur les prébiotiques (voir encadré ci-dessous). C’est en réalisant des tests sur des souris, qu’ils ont ainsi constaté que les prébiotiques étaient parvenus à augmenter la tolérance du système immunitaire face aux allergènes et, ainsi, à réduire le risque d’allergie au blé. En faisant ingérer quotidiennement des compléments de prébiotiques à plusieurs souris en gestation, ces mêmes scientifiques de l’Inserm ont alors fait un constat : les souriceaux nés de mères ayant reçu les fibres avaient moins réagi et donc mieux résisté aux allergènes.

Prévenir les allergies alimentaires

Cette étude pourrait ainsi laisser à penser, qu’à l’avenir, ces micro-organismes vivants pourraient permettre de renforcer le système immunitaire et prévenir les allergies alimentaires. Rappelons, en effet, que depuis la fin du XXe siècle, les allergies ont considérablement augmenté. Les chercheurs de l’Inserm expliquent le phénomène par « l’évolution de nos modes de vie qui a modifié en profondeur notre rapport global aux microbes ». Seule solution au problème : renforcer nos défenses pour mieux lutter contre des bactéries qui n’ont apparemment pas beaucoup d’efforts à faire pour infecter l’organisme…

Les prébiotiques, c’est quoi ?

Les prébiotiques, ce sont des fibres solubles qui aident à favoriser la croissance des bactéries au sein de l’intestin. Ces micro-organismes sont principalement des sucres (cellulose, lactose, inuline etc…). Ils sont digestibles et résistent lorsqu’ils passent dans l’estomac et l’intestin grêle. Leur voyage s’achève finalement dans le côlon. Ainsi, les prébiotiques permettent de rééquilibrer la flore intestinale en aidant à la croissance des « bonnes » bactéries et non des « mauvaises ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>