Le petit-déjeuner : un pilier du modèle alimentaire français en danger

Le 28 février 2015 - Par Gaële Bengui

La dernière enquête du CREDOC sur les Comportements et Consommations Alimentaires en France (CCAF 2013) met en évidence une dégradation généralisée de la prise quotidienne du petit-déjeuner. Ainsi 29% des enfants sauteraient au minimum un de ces repas matinaux par semaine, alors qu’ils n’étaient que 11% dix ans plus tôt. Une érosion également constatée chez les adultes : 21% n’en prennent pas au moins une fois par semaine, contre 11% en 2003. Un déclin paradoxal, quand on sait, pourtant, que 93% des Français estiment qu’il est indispensable à l’équilibre alimentaire quotidien

En rompant le jeûne de la nuit et en répondant aux besoins physiologiques de chacun par ses apports en glucides, en vitamines et en minéraux, le petit-déjeuner participe au bon déroulement de la matinée : il favorise la concentration et la mémorisation qui sont, en particulier, indispensables à l’apprentissage des plus jeunes… Un rituel permettant, en outre, de combler un quart de nos besoins nutritionnels de la journée. Ainsi, sauter ce repas peut conduire à une couverture insuffisante de nos besoins quotidiens et dans tous les cas, appauvrit la diversité de nos apports alimentaires de la journée, rendant ainsi plus difficile l’atteinte des recommandations de consommation du PNNS.

complete_breakfast

Pain, confiture, lait, jus de fruits au menu du petit-déjeuner

La variété doit être l’un des maître-mots du petit-déjeuner à la française. Une étude réalisée auprès d’adultes sur leurs pratiques matinales montre que le pain figure ainsi régulièrement au menu de 72% des Français, suivi du café (58%), du beurre (57%), des jus de fruits (51%), de la confiture (43%) et du lait nature (38%). Une diversité qui reste en sus très abordable puisque « le petit-déjeuner à la française » est constitué d’un ensemble de produits peu onéreux. Selon l’enquête CSA pour UNIJUS menée en mars 2014, le petit-déjeuner bénéficie d’une très bonne image auprès des Français. Ce repas auquel ils consacrent en moyenne 14 minutes chaque matin est considéré par plus de 9 Français sur 10 (91%) comme un moment de plaisir pour commencer la journée. Ils le dégustent en majorité chez eux (95%), et à table (88%). Il s’agit pour eux d’un moment à la fois convivial (75%) et indispensable. Ils sont 97% à estimer que ce premier repas de la journée est nécessaire pour les enfants, 95% à déclarer qu’il s’agit d’une source d’énergie indispensable pour commencer la journée et 93% à le reconnaître également indispensable à l’équilibre alimentaire quotidien. Pourtant, 1 Français sur 5 avoue le sauter tous les jours…