La contraception qui vous convient existe !

Le 20 avril 2015 - Par Vanessa Bernard

Le 18 mai 2013, l’Inpes et le ministère chargé de la santé mettaient en place une campagne de communication auprès du grand public pour promouvoir la diversité de l’offre contraceptive. Deux ans après le lancement de « La contraception qui vous convient existe », le bilan avec Julie Mattéa-Fourès Département santé sexuelle à l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé.

Pouvez-vous revenir sur les raisons qui ont poussé le lancement d’une telle campagne ? 

Depuis de nombreuses années maintenant l’Inpes travaille sur la promotion de la diversité de l’offre contraceptive. En effet, une part importante des échecs contraceptifs (survenue de grossesses non prévues) survient sous contraceptif théoriquement efficace. Cela traduit, pour les femmes en question, une difficulté dans l’utilisation du contraceptif et par conséquent une inadaptation du mode contraceptif utilisé à leur situation. Informer sur la diversité des méthodes contraceptives permet d’aider les femmes et les hommes à faire le choix contraceptif le plus adapté à leur mode de vie, leurs envies. Ce contraceptif sera donc le plus efficace pour elles (puisqu’il y aura moins de risques de mauvaise utilisation). Faire connaître les différentes méthodes permet aux femmes et à leurs partenaires de comprendre qu’ils ont à leur disposition un éventail de possibilités dont ils n’ont pas forcément conscience et qu’ils peuvent opérer un choix en fonction de leur propres besoins (sous réserve de leur situation médicale).  L’Inpes a dès 2007 travaillé sur cet axe notamment avec la campagne « la meilleure contraception, c’est celle que l’on choisit » et la création du site choisirsacontraception.fr qui donne une information exhaustive sur l’ensemble des moyens de contraception mais également des conseils pour aborder ces questions dans le couple, avec ses amis… En 2013, la campagne « la contraception qui vous convient existe » s’inscrivait donc totalement dans la poursuite de ce travail d’information. Par ailleurs, au vu des débats apparus en 2012 et 2013 sur les risques liés à l’utilisation, cette prise de parole était d’autant plus nécessaire afin de s’adresser aux femmes qui avaient remis en question leur contraception suite aux débats.

Deux ans plus tard, pouvons-nous dresser un premier bilan ?

Les résultats du post-test que nous avons mené suite à la diffusion de cette campagne nous montre qu’au global la campagne a été appréciée (Plus de 9 femmes sur 10 et 8 hommes sur 10 déclarent avoir aimé la campagne) et a été jugée rassurante (90% des femmes répondantes et 85% des hommes). En termes d’incitation à parler de contraception et de mobilisation, les meilleurs scores sont obtenus chez les plus jeunes et les personnes non satisfaites de leur contraception ce qui montre que la campagne a su toucher les femmes qui remettaient en cause leur contraception, son cœur de cible. Par ailleurs, en comparaison des campagnes précédentes, la campagne est à l’origine de visites plus longues de recherches plus approfondies sur le site choisirsacontraception.fr.  En matière de prévention, il est toujours compliqué quelque soit le sujet, de dresser le bilan effectif d’une campagne de communication . En effet, les messages portés par les campagnes ne vivent pas isolément du reste des communications et des actions qui ont lieu sur le sujet au même moment mais également au travail de communication fait par le passé. Particulièrement en 2013, au vu du retentissement médiatique des débats sur les pilules de 3eme et 4eme génération, le sujet de la contraception a été particulièrement mis en lumière. Les changements de comportements en matière de contraception qui peuvent avoir été constatés sont le fait de multiples facteurs qui tiennent tant à la communication (formelle et informelle) faite sur le sujet qu’aux pratiques des professionnels ou encore aux mesures prises sur ce champ.

Choisir la contraception qui nous convient nécessite de :

– Connaître les méthodes contraceptives existantes

– Faire le point sur ses envies, ses besoins en matière de contraception

– Dialoguer avec un professionnel de santé afin qu’il nous confronte à la situation médicale et aide la personne à faire le choix le plus adapté.