La 1ère opération de la cataracte en… open space !

Le 3 juillet 2017 - Par La rédaction avec l'AFP

Non pas un patient, mais deux ou trois, opérés de la cataracte dans un même espace sans cloisons : à Paris, les chirurgiens de l’hôpital Cochin (AP-HP) testent depuis vendredi cette nouvelle configuration, qu’ils disent être plus pratique et plus rapide. Explications.

C’est dans une aile toute neuve de cet hôpital du sud de la capitale que deux « halls opératoires » de 100 m2 ont été installés, en lieu et place des traditionnels blocs opératoires.  « Aujourd’hui la moyenne d’intervention d’une chirurgie de la cataracte est inférieure au quart d’heure. En revanche, les temps de préparation sont longs », explique le Pr Antoine Brézin, chef du service d’ophtalmologie de Cochin, lors d’une visite du site. Or, avec cette organisation en « open space », le chirurgien peut opérer un
patient pendant que l’équipe de soignants prépare « un voire deux autres patients à côté », permettant ainsi d’éviter « que les suivants soient bloqués en attente qu’un site (opératoire) se libère », assure-t-il.

Moins d’attente pour les patients et une meilleure surveillance

Cela permet aussi de « faciliter la surveillance des patients » pour l’équipe d’anesthésie et, « d’un point de vue hygiène, c’est mieux », parce qu’il y a moins de recoins, « très difficiles » à nettoyer, souligne le Pr Dominique Monnet, responsable du bloc opératoire. L’asepsie est assurée par des flux d’air à filtres extrêmement fins au-dessus de chaque patient mais aussi entre chaque site opératoire, créant des « rideaux » d’air qui empêchent une éventuelle contamination entre les différentes parties de la pièce.

Et les premiers concernés ne sont-ils pas incommodés de voir d’autres patients opérés à côté d’eux? « C’était une des grandes questions », reconnaît le Pr Monnet. Mais après avoir interrogé les douze patients opérés  vendredi matin », on n’a pas eu de remarque de ce type », assure-t-il. Les patients « arrivent sur un brancard, ils voient surtout le plafond, et ils regardent peu
à droite et à gauche », explique-t-il.

Une première en Europe !

Cet « open space » est une première en Europe pour l’ophtalmologie, ce type d’installation n’existant pour le moment que pour des blocs d’orthopédie, au CHU de Grenoble et la clinique Balgrist à Zurich (Suisse). Cette innovation s’intègre dans la création de l’OphtalmoPôle, qui regroupe à l’hôpital Cochin plusieurs services d’ophtalmologie de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) aujourd’hui dispersés (Lariboisière, Necker, Cochin et l’Hôtel-Dieu). Lariboisière conserve en revanche son activité de consultation, pour les habitants du nord de Paris.

Un projet à 20 millions d’euros, financés par l’AP-HP qui va permettre de réaliser 100.000 consultations, 10.000 interventions chirurgicales et 30.000 passages aux urgences d’ophtalmologie par an. Il sera inauguré officiellement mardi. La veille, à 08H00, les urgences ophtalmologiques de l’AP-HP auront quitté leur site historique de l’Hôtel-Dieu pour être basculées vers Cochin.

  • Serious Eyedoc

    Bonjour,
    Il faut dire que c’est loin d’être une première en Europe, car à Moscou par exemple , il y a des salles opératoires « Open Space » dans des temples de chirurgies ophtalmologiques construites il y a 100 ans !
    Je sais de quoi je parle, j’y étais..
    N’empêche , c’est vraiment une bonne idée.
    Salut

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>