Maisons de retraites : un comparateur de prix officiel, mais des coûts toujours prohibitifs !

Le 14 décembre 2016 - Par Vanessa Bernard

Dans sa nouvelle version, le site www.pour-les-personnes-agees.gouv.fr propose désormais un comparateur de prix des maisons de retraite. Grâce à cet outil, vous pouvez désormais calculer ce qu’il vous restera à payer à la fin du mois, après déduction des différentes aides.

Le comparateur vise ainsi à simplifier les démarches et renforcer la transparence sur les tarifs et les prestations pratiqués. Près de 7 000 établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD), qu’ils soient publics, privés non lucratif ou privés commercial, sont ici répertoriés. Il est alors possible de comparer le prix des chambres pour une sélection de deux ou trois EHPAD à la fois. Ce prix correspond aux prestations minimales d’hébergement que doivent proposer tous les établissements, à savoir les prestations d’accueil hôtelier, de restauration, de blanchissage, d’animation et enfin d’administration générale. L’établissement peut aussi signaler les prestations facturées en supplément du prix affiché. L’internaute sait alors précisément ce que recouvre le tarif indiqué et ce qui lui sera facturé en supplément. Il peut directement télécharger le dossier de demande d’admission.

Et une maison de retraite, combien ça coûte ?

Dans son dernier rapport, publié en août 2009, l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) indique que le coût minimum est de 1 500 euros pour une maison de retraite située en milieu rural. Mais les coûts fréquemment relevés en milieu urbain sont plutôt de l’ordre d’environ 2 900 euros par mois, et peuvent dans certains cas dépasser les 5 000 euros ! L’Igas estime alors un montant mensuel moyen à charge des résidents de 2 200 euros par mois.

Un cas concret, Mireille 90 ans, 2 800 euros/mois

Mireille est hébergée dans une maison de retraite à Saint-Laurent-du-Var (06) qui lui a coûté le mois dernier, à quelques centimes près, la somme de 2 815 euros. Ce tarif inclut le prix de sa chambre privée et ses repas. Sa fille nous explique qu’elle a profité d’un tarif préférentiel : « Ma mère au moment de son inscription a demandé à la direction s’il lui était possible de faire un geste. Le prix d’entrée était de 86,02 euros par jour, et nous avons obtenu une réduction sur ce tarif de 8,61 euros. » Le prix tombe ainsi légèrement en dessous des 80 euros/jour. A cela vient s’ajouter un coût – indispensable – de dépendance (niveau 4) de 10,05 euros par jour. Mireille en est à à peu près 90 euros. La blanchisserie est en supplément (ici environ 100 euros/mois) ainsi que le téléphone (ici environ 9 euros/mois). Facture mensuelle totale : 2 815 euros à quelques centimes près. Sa fille précise : « A l’arrivée, nous avons dû aussi déposer une caution d’un montant de 2 308 euros. »

Ai-je droit à des aides ?

Mireille est dans les clous de ses revenus puisqu’elle dispose d’une très bonne retraite (plus de 3 000 euros/mois). Et cette année, bonne nouvelle, elle a bénéficié d’un abattement fiscal sur son impôt sur le revenu de 2 500 euros. Mais qu’en est-il alors pour les bourses plus que modestes ? Une aide existe : l’ASH (aide sociale à l’hébergement) qui propose aux personnes ayant des ressources inférieures au montant des frais d’hébergement, de prendre en charge tout ou partie de ces frais.

Le montant de l’aide tient aussi compte des revenus du conjoint ainsi que de ses obligés alimentaires. En effet, les enfants et même les petits enfants peuvent être mis à contribution

Bien sûr, les conditions sont nombreuses, et le montant de l’aide tient aussi compte des revenus du conjoint ainsi que de ses obligés alimentaires. En effet, les enfants et même les petits enfants  (selon les départements pour des derniers) peuvent être mis à contribution à l’instar de Rébecca, professeur d’histoire, qui paye 150 euros par mois pour sa grand-mère placée en maison de retraite dans l’Hérault (33). Elle explique : « Le montant est en fonction de mes revenus et tient aussi compte de ceux de mon mari, et ce même si nous sommes sous le régime de la séparation des biens avec contrat de mariage. Mon père paye aussi, ma mère, non puisque mes parents vivent en concubinage. Ma tante, mon cousin, et ma cousine sont aussi prélevés mensuellement, également. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>