Don du sang : le nouveau droit des homosexuels

Le 22 novembre 2015 - Par Manon Costantini

La semaine dernière après les terribles attentats, nombreux sont les Français qui spontanément ont souhaité donner leur sang en soutien aux victimes. L’occasion de rappeler que quelques jours avant, le 4 novembre, Marisol Touraine se prononçait enfin en faveur de l’ouverture du don du sang aux homosexuels. 

L’homosexualité ne pourra plus être un motif de refus

En 2012, la ministre de la Santé avait déjà annoncé son engagement en faveur du droit pour les homosexuels à donner leur sang. Mercredi 4 novembre, la France a assisté à la levée officielle de l’exclusion du don du sang « des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes ». Dorénavant, l’homosexualité ne pourra plus acceptée en tant que motif de refus. Un interdiction entrée en vigueur en 1983 en raison, à l’époque, des risques du sida.

« La fin d’un tabou et d’une discrimination » selon Marisol Touraine

Un grand changement, certes, mais pas immédiat. La ministre de le Santé à annoncé une ouverture « par étapes ». La première sera effective au printemps 2016. A partir de cette date, le « don du sang total » sera officiellement ouvert aux homosexuels sous certaines conditions néanmoins. Ainsi, ces derniers devront justifier d’une abstinence sexuelle d’au moins 12 mois, devront remplir un questionnaire et subir, également, un entretien avec un spécialiste. Et, à ceux qui émettraient le souhait de donner leur plasma, il sera demandé de ne pas avoir eu de relation sexuelle ou de n’avoir eu qu’un seul partenaire au cours des quatre derniers mois précédents le don.

©2015 iStockphoto / amoklv

Le « don du sang total », qu’est-ce que ça veut dire ?

Le don du sang total est celui que l’on effectue le plus souvent. Les spécialistes prélèvent entre 400 et 500 ml du sang du donneur. La quantité peut dépendre selon le volume sanguin de chacun. Les trois principaux composants sanguins (plaquettes, plasma et globules rouges) vont alors être extraits, puis séparés. C’est une technique différente du don « par aphérèse » qui, lui, consiste à séparer les différents composants, à les trier, à garder les cellules utiles puis à restituer les autres au donneur.
Donner son sang ou son plasma, quelle différence ?
En parlant de don par aphérèse, c’est justement le procédé utilisé pour la donation de plasma. Les praticiens vont prélever les trois composants présents dans le sang (plaquettes, plasma et globules rouges) et vont conserver le plasma pour restituer les autres. Le plasma, c’est la partie liquide du sang qui contient des protéines. Ces dernières présentent de solides vertus thérapeutiques particulièrement utiles aux hémophiles et aux patients souffrants de troubles immunitaires avancés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>