Pic de pollution : les bons réflexes

Le 12 décembre 2016 - Par Vanessa Bernard

A l’heure où il est question de pic de pollution partout en France, revenons sur les impacts d’une mauvaise qualité d’air sur la santé.

Quelques chiffres éloquents d’abord : en France, 42 000 décès prématurés par an seraient à imputer à la pollution de l’air. Est aussi estimé à près de 100 milliards d’euros, le coût annuel total de la pollution de l’air extérieur dans l’Hexagone (selon la commission d’enquête du Sénat), dont 20 à 30 milliards liés aux dommages sanitaires causés par les particules. Notons aussi, la forte augmentation des allergies ces dernières années avec plus de 20% de la population française qui est aujourd’hui atteinte d’une allergie respiratoire (RNSA). A l’échelle mondiale, et selon l’OMS, la pollution de l’air intérieur et extérieur causerait environ 7 millions de décès en moyenne par an (étude de mars 2014).

3 voies de contamination possibles

Respirer un air pollué constitue donc bel et bien un danger pour la santé. Et, si les effets nocifs de la pollution sont immédiats, ils peuvent aussi s’amplifier avec le temps, devenant alors une cause de décès prématuré. Alors comment est-on affecté ? chez l’homme, il existe 3 voies de contamination possible : la respiratoire qui demeure la principale entrée pour les polluants de l’air ; la voie digestive ou quand les polluants présents dans l’air retombent dans l’eau, sur le sol ou les végétaux et contaminent les produits que l’on ingère (les pesticides, les métaux lourds, par exemple) ; et enfin, la voie cutanée même si elle reste relativement marginale.

Les personnes sensibles sont les plus touchées

On parle d’impacts particulièrement importants sur les personnes sensibles représentées par les enfants, les personnes âgées, les fumeurs, les malades du cœur ou des poumons,  ou encore, les asthmatique. La pollution peut ainsi favoriser, voire aggraver certaines maladies, pouvant même parfois aller jusqu’au décès. C’est ainsi que lors d’épisodes de pics de pollution comme c’est le cas actuellement, il est recommandé d’être particulièrement vigilants puisque les effets de la pollution sur la santé augmentent en fonction de la concentration des substances polluantes dans l’air et de la durée d’exposition.

Pic de pollution : que dois-je faire

  • Pour se prémunir au mieux, quelques règles sont à appliquer :
  • limiter leurs efforts physiques ;
  • limiter les sorties à l’extérieur des nourrissons dans la durée et évitez ces sorties en début de matinée et en fin de journée, ainsi qu’à proximité des axes routiers ;
  • différer l’aération de votre logement aux périodes de fin de matinée ou de début d’après-midi ;
  • en cas de gêne respiratoire ou cardiaque inhabituelle, consulter son médecin ou pharmacien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>