“l’âge ne suffit pas à définir quelqu’un”

Le 17 mars 2015 - Par Propos recueillis par Vanessa Bernard

Serge Guérin est sociologue expert des questions liées au rapport de la société avec le vieillissement et auteur de nombreux livres sur le sujet.  Pour ce spécialiste, l’âge n’est qu’une notion dont il faut se départir, le mode de vie étant clairement plus déterminant dans la définition de ce qu’est un senior.

Nous avons l’âge que la société veut bien nous donner

« De façon générale, la société nous catégorise en tant que senior dès l’âge de 60 ans. Après, il y a des nuances, bien sûr. Dans le monde du travail, on l’est dès 45 ans ; dans le sport, on devient vétéran avant même d’avoir eu ses premiers cheveux blancs… Dans les médias, on ne cesse d’évoquer la ménagère de moins de 50 ans même si aujourd’hui, on réalise qu’il y a aussi des « ménagers » et surtout des quinquagénaires et plus qui continuent de consommer ! Nous avons l’âge que la société veut bien nous donner. »

60 ans, ce n’est pas un point d’arrivée, c’est même plutôt un point de départ

« Alors même que l’espérance de vie augmente, on ne cesse de faire le procès du vieillissement. Or, nous vieillissons beaucoup moins vite qu’avant. Après 60 ans ou à l’âge de la retraite, nous avons encore de nombreuses choses à réaliser : ce n’est pas un point d’arrivée, c’est plutôt même un point de départ, l’après-midi de la vie ! 93% des plus de 60 ans sont en forme quand les 2/3 des plus de 80 ans vivent de façon plus ou moins autonome. »

Les seniors d’aujourd’hui appartiennent à la génération qui a connu le plus grand nombre d’évolutions technologiques !

« Ce qui a vraiment changé, c’est que les 60 ans et plus ont conscience, désormais, qu’ils  ont encore de nombreuses années devant eux. Ils se projettent donc différemment. Nous sommes le « construit » de notre société. Le mode de vie des seniors est donc en connexion avec l’environnement dans lequel ils vivent. Ils ont accompagné l’évolution des moeurs. Preuve en est d’ailleurs l’augmentation du nombre de divorces une fois l’âge de la retraite arrivée ou à contrario, celle des mariages. Après 60 ans, on continue à construire son histoire. N’oublions pas que c’est aussi la génération qui a vécu le plus grand  nombre d’innovations technologiques ! »

Seniors : un poids majeur en faveur de l’économie sociale et solidaire

« Les seniors sont sans doute les premiers acteurs de la vie sociale : ils utilisent la ville toute la journée en s’occupant de leurs petits enfants, en s’investissant dans le tissu associatif qui courrait à sa perte sans leur investissement : ils représentent ainsi un poids majeur dans l’économie sociale et solidaire. Prenons un phénomène social prégnant : les aidants, par exemple, qui représentent 8,5 millions de personnes. Il faut savoir que près de la moitié de ces partenaires indispensables de la santé publique sont des seniors ! »

Servir l’intérêt des seniors, c’est servir l’intérêt de tous !

« Les seniors représentent actuellement 15 millions de personnes et figurent parmi ceux qui votent le plus, c’est dire s’ils ont un poids électoral majeur. Pour autant, ils ne figurent pas vraiment au premier rang des préoccupations des politiques. Or, prendre en considération le vieillissement de la population en améliorant la cité va non seulement servir l’intérêt de nos aînés mais aussi celui de toute la population. L’ascenseur n’a jamais été réservé qu’aux personnes ayant du mal à marcher… Il n’y a pas d’opposition jeunes vs vieux, il y a simplement une société bourrée de pré-supposés pour ne pas dire « préjugés ». On ne cesse de parler d’une société « mobile » alors que la réalité montre qu’on enferme les gens dans leur âge… »