Journée Mondiale de l’Asthme : attention, ados en danger !

Le 2 mai 2017 - Par Vanessa Bernard

Le plus souvent chronique, l’asthme est une maladie qui n’est pas à prendre à la légère. Tous les ans, près de 1 000 décès sont à imputer à l’asthme en France. Pourtant, dans la grande majorité des cas, ils sont évitables. La Journée mondiale dédiée s’intéresse cette année plus particulièrement aux ados. Le message ? Apprendre à le traiter.

En effet, il faut savoir que le manque d’observance du traitement est la principale raison des exacerbations de la maladie. Pourtant, même si on ne guérit jamais de son asthme, on peut le contrôler. Encore faut-il qu’il soit décelé… Malheureusement, force est de constater que la maladie reste sous diagnostiquée alors même qu’une détection précoce est fondamentale pour limiter les crises et les hospitalisations. Prise en charge non adaptée, mauvaise technique d’inhalation des médicaments ou encore manque de régularité de la prise des médicaments, nombreuses sont les raisons qui expliquent le non contrôle de l’asthme.

L’adolescent : plus un enfant mais pas encore un adulte

Si la Journée Mondiale s’intéresse cette année plus particulièrement aux adolescents, c’est parce que la maladie est encore plus éprouvante à ce moment précis de la vie, d’autant qu’elle exige un suivi rigoureux. « En pleine construction, l’adolescent est connu pour être rebelle… Il envoie souvent tout balader et sa maladie avec ! Il la renie, ne prend plus ses médicaments de manière assidue, ignore les recommandations et les conseils de prudence… » précise ainsi le Pr Jocelyne Just, présidente de la Société Française d’Allergologie. A ceci s’ajoute qu’en dehors des crises, l‘asthmatique ne ressent pas ou peu de symptômes : il donc s’agit-là d’une bonne raison d’oublier sa maladie et son traitement.

Un réel problème d’observance

L’observance est ainsi le principal problème des adolescents asthmatiques. Si les traitements sont généralement efficaces, nombreux sont les adolescents qui les négligent et s’exposent alors à de graves complications. Aujourd’hui encore, l’asthme est responsable de près de 1 000 décès par an et de 60 000 hospitalisations en urgence. En 2014, près de deux tiers (65,5 %) des séjours concernaient des enfants âgés de moins de 15 ans selon l’InVS. Plus que tous les autres malades, le profil particulier de l’adolescent nécessite une prise en charge spécifique de la part des professionnels de santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>