Des caméras pour le suivi médical des prématurés en Suisse

Le 13 avril 2017 - Par La Rédaction avec l'AFP

Cette innovation mise au point par des chercheurs de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) permet, grâce à des caméras, d’assurer le suivi médical des bébés prématurés sans contact et sans fil.  Un bel espoir pour l’avenir. 

Chaque année en France, 60 000 enfants naissent prématurés, soit  6,6 % des naissances vivantes. On peut imaginer dès lors la portée d’une telle innovation. D’autant plus que la tendance est à la hausse, puisque ces 15 dernières années, 22 % de naissances prématurées de plus ont été dénombrées. 

Le procédé unique bientôt testé en hôpital

Ce système a été mis au point par des chercheurs de l’ EPFL et du CSEM (Centre suisse d’électronique et de micro-technique) et permet de mesurer en continu les paramètres vitaux des prématurés, sans leur poser de capteurs sur la peau, et générant jusqu’à près de 90% de fausses alertes. Ici, la caméra les remplace, indique l’EPFL. Les premiers tests sur nouveau-nés devraient débuter prochainement à l’Hôpital universitaire de Zurich, partenaire du projet. Aucune date n’a cependant été donnée.

« Les capteurs actuels, posés sur le torse des bébés, sont si sensibles qu’ils génèrent près de 90% de fausses alertes »

Précision et confort du bébé nettement améliorés

« Les capteurs actuels, posés sur le torse des bébés, sont si sensibles qu’ils génèrent un maximum de fausses alertes, surtout dues aux mouvements des bébés », explique ainsi le Dr Jean-Claude Fauchère, médecin-adjoint de la clinique de néonatalogie à l’Hôpital universitaire de Zurich. « Cela entraîne un inconfort pour le bébé, que l’on doit à chaque fois manipuler, et un important facteur de stress ainsi qu’une mobilisation inutile des infirmières. Elles peuvent potentiellement moins bien gérer les vraies urgences, ce qui perturbe leur travail de soins », ajoute-t-il. Avec les caméras, aucun contact physique n’est requis. Le rythme cardiaque est détecté à partir des variations légères de la couleur de la peau du bébé, dues aux battements du coeur. La respiration est analysée via les mouvements du thorax et des épaules. La nuit, des caméras infrarouges prennent le relai, ce qui permet d’assurer le contrôle en continu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>