Ados : quand manque de sommeil rime avec mauvais résultats scolaires

Le 8 mars 2017 - Par La rédaction

D’après une étude menée par des chercheurs de l’Inserm*, le manque de sommeil chez les adolescents provoquerait une diminution du volume de leur matière grise. Des travaux publiés dans la revue Scientific Reports.

Et si le manque de sommeil chez les adolescents pouvait compromettre leur réussite scolaire, leur santé et leur sécurité ? En tout cas les conclusions de cette étude le mettent en évidence pour la première fois : un sommeil court ou trop tardif a des conséquences sur les performances scolaires. Pour les besoins de leurs travaux, les chercheurs ont donc étudié les habitudes de sommeil de 177 élèves de 14 ans scolarisés dans des collèges de région parisienne. Des enfants qui se couchent, en moyenne, à 22h20 en semaine pour se lever à 7h06. Le week-end, leur rythme change avec une extinction des feux à 23h30 pour un lever à 9h45 même s’il est de fortes disparités entre les adolescents.

Manque de sommeil : quand le volume de la matière grise diminue…

Les chercheurs ont ainsi pu constater qu’une durée de sommeil courte, c’est-à-dire, de moins de 7h en semaine et qu’une heure de coucher tardive le week-end, étaient corrélés à des volumes plus petits de matière grise dans plusieurs régions cérébrales. « Le résultat le plus significatif de notre étude est très certainement celui qui montre que plus les adolescents se couchent tard le weekend, plus leur volume de matière grise est diminué » explique ainsi Jean Luc Martinot, directeur de recherche Inserm et dernier auteur de ce travail. Les différentes régions cérébrales concernées sont : le cortex frontal, le cortex cingulaire antérieur et le précuneus, trois zones du cerveau notamment impliquées dans l’attention, la concentration et la capacité à réaliser des tâches simultanées. En outre, les chercheurs ont également mis en évidence que les mauvaises notes obtenues par les élèves étaient associées à moins de matière grise dans les régions frontales, celles dont le volume est diminué par un coucher tardif le week-end.

Un lien avéré entre mauvais résultats et mauvais sommeil

Des résultats qui montrent qu’il existe un lien entre les mauvaises habitudes de sommeil, la structure du cervemanque de sommeilau (encore en pleine période de maturation péri-pubertaire), et les mauvaises performances scolaires. Alors que faut-il en déduire ?  Pour les chercheurs, cette étude suggère de veiller à ce que les adolescents acquièrent de bonnes habitudes de sommeil pendant cette période de maturation de leur cerveau. « Nous encourageons les parents, les intervenants sociaux et scolaires, à favoriser lemaintien d’un bon rythme veille-sommeil pour les adolescents. En particulier, éviter de se coucher systématiquement trop tard pendant les week-ends semble important pour optimiser le  potentiel de développement du cerveau et pour contribuer à la réussite scolaire. » conclut Jean Luc Martinot. Il faut peut-être le répéter : le sommeil, c’est aussi la santé!

*Unité 1000 « Neuroimagerie et psychiatrie » (Inserm/Université Paris-Descartes/Université Paris-Sud) – Etude menée sur le cerveau et les habitudes de sommeil de 177 élèves de 14 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>