Valentine, 23 ans (05) : « Psoriasis, mon handicap à moi… »

Le 17 février 2016 - Par Manon Costantini

Le psoriasis est une maladie de peau bénigne. Bénigne mais parfois très contraignante et, ça, Valentine en sait quelque chose. Elle nous raconte.

« Je ne me pensais pas prédisposée »

J’ai 23 ans et je me considère comme handicapée. C’est un mot un peu fort, direz-vous, mais je vous assure que non. Je suis atteinte de psoriasis depuis bientôt 10 ans. Cette maladie est apparue comme ça, soudainement, du jour au lendemain. Je n’avais, auparavant aucun problème de peau de ce type : pas d’eczéma, pas de tendance exacerbée aux irritations de la peau, pas d’exposition particulière au soleil donc pas de risques accrus… Bref, je ne me pensais pas exposée, prédisposée au psoriasis.

« J’ai mis ça sur le compte d’une mauvaise hydratation »

Un jour, j’ai eu cette sensation de démangeaisons dans la main gauche. Dans la paume, plus exactement. Naturellement, je me suis grattée, plusieurs minutes. Puis, tout au long de la journée, par à-coup. Je vous passe les détails mais ça a été ainsi durant plusieurs jours, puis l’autre main m’a démangée. Je me suis d’abord dit que je faisais une allergie, puis, j’ai mis ces démangeaisons sur le compte d’une mauvaise hydratation, je me suis dit que ma peau était trop sèche, que je ne m’en étais pas assez occupée. Tout cela, jusqu’au jour où je me suis grattée à sang, ou je me suis rendue compte que cela me faisait plus de bien de me gratter jusqu’à me faire mal, plutôt que de laisser la démangeaison s’évanouir toute seule. Puis j’ai fini par me décider à aller consulter, j’ai tout entendu : stress, eczéma, gale. C’est alors qu’un médecin, m’a parlé du psoriasis et, après avoir subi une biopsie, le diagnostic a été confirmé.

Le psoriasis s’est répandu sur mes mains, mes pieds, mes cuisses et mes oreilles

Le cauchemar a réellement commencé à ce moment-là. Le psoriasis s’est répandu sur mes mains, mes pieds, mes cuisses et mes oreilles. C’est pourquoi j’emploie le terme de « handicap », car cette maladie a un véritable impact sur ma vie. Il faut s’imaginer avec la paume des mains en sang, la peau à vif : impossible de serrer des mains, même le simple toucher devient difficile car les gens paraissent dégoûtés, ne comprennent pas que ça n’est pas contagieux. La peau de mes pieds est à vif également, j’ai mal lorsque je marche. Mes cuisses et mes oreilles me grattent elles aussi et le jean m’irrite encore plus les jambes. Je cache mes oreilles grâce à mes cheveux, je ne me les attache jamais. Alors, oui, pour mois le psoriasis, à certains moments, s’apparente à un réel handicap.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>