Rougeole : pourquoi la vaccination ?

Le 28 février 2015 - Par Gaële Bengui

Avant l’épidémie déclarée de 2008, la rougeole était plutôt rare et ne touchait qu’une quarantaine de personnes, chaque année. Alors pourquoi une telle progression ? Quelques pistes…

Si la grande majorité des cas de rougeole n’ont pas de conséquences dangereuses, il n’en demeure pas moins que la vaccination contre la maladie a été intégrée au calendrier vaccinal en 1983. «  À l’ère pré vaccinale, la rougeole était la cause du décès d’environ 30 personnes par an et d’une trentaine de cas déclarant des complications neurologiques », explique Isabelle Parent, médecin épidémiologiste à l’InVS. À l’époque, c’était une maladie très répandue et presque systématique chez les enfants. Aujourd’hui, la vaccination a permis de raréfier les cas graves. Alors pourquoi parle-t-on de recrudescence des cas de rougeole ? « Tout simplement, parce que la couverture vaccinale n’atteint pas les 95 % suffisants à protéger durablement la population», poursuit la spécialiste. « Le phénomène épidémiologique a changé, ces dernières années. Si la maladie touche tout le monde, les risques de complications vont être plus sévères et fréquents chez les adolescents et les adultes et chez l’enfant de moins de 1 an. »  La rougeole peut, en effet, créer des pneumonies et des encéphalites, des pathologies qui peuvent se manifester à tout moment ! Depuis le début de l’épidémie, en 2008, il y a eu 4 000 cas d’hospitalisation, 800 personnes l’ont été pour des pneumopathies et 10 patients sont morts, des personnes jeunes et en bonne santé ! « La vaccination avec ses deux doses, protège les personnes traitées mais elle vise aussi à protéger les personnes fragiles qui ne peuvent pas être vaccinées, je pense ici à la femme enceinte, notamment ! »

vaccin-enfant

La rougeole, une maladie souvent bénigne mais évitable

« Pour que la circulation du virus cesse, il faut que 95 % de la population soit immunisée donc vaccinée et ce le plus tôt dans l’âge, avant deux ans. » poursuit Isabelle Parent. Un schéma qui doit reposer sur 2 doses de vaccin, avec un mois d’intervalle entre les deux. « Il est recommandé de vacciner l’enfant avant 12 mois, voire 9, s’il vit en collectivité. » Il faut garder en tête que si la maladie est beaucoup moins commune qu’il y a trente ans, c’est avant tout grâce à la vaccination et aux personnes immunisées qui ont largement contribué à la raréfaction de la rougeole, avant la dernière recrudescence !