Parité : le congé paternité en question

Le 13 janvier 2017 - Par Vanessa Bernard

Dans une note publiée aujourd’hui, l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) préconise un nouveau scénario quant au congé paternité. L’idée ?  Réduire les inégalités professionnelles entre femmes et hommes.

Actuellement, les pères peuvent disposer d’un congé paternité de 11 jours consécutifs, porté à 18 jours en cas de naissances multiples (jumeaux, triplés, etc.). Il s’agit de jours calendaires qui incluent donc les jours non travaillés, comme le samedi, le dimanche ou les jours fériés. Celui-ci doit être pris dans un délai de quatre mois après la naissance de l’enfant. Mais pour l’OFCE, et ce dans un souci de combattre les inégalités professionnelles entre hommes et femmes, ce congé devrait devenir obligatoire et plus long.

Congé paternité : de nouveaux scénarios envisagés

Dans sa note, l’Observatoire étudie donc différents scénarios : celui de conserver sa durée actuelle, soit 11 jours, mais de l’imposer pour un coût supplémentaire pour les finances publiques de 129 millions d’euros, portant alors à 403 millions d’euros, la dépense totale. Il évoque aussi la possibilité de le doubler (et de le conserver obligatoire, là encore) avec un coût supplémentaire qui serait alors de 532 millions d’euros (soit un coût total de 806 millions d’euros). Dernier scénario enfin, la durée du congé paternité pourrait être alignée sur celle du congé maternité obligatoire post-natal de dix semaines, ce qui entraînerait un coût supplémentaire de 1,26 milliard d’euros, soit un coût total pour le congé paternité de 1,54 milliard d’euros.

Transférer une partie du congé de la mère au papa ?

Et pour un coût neutre pour les finances publiques, l’OFCE évoque aussi la possibilité de donner aux parents le choix de transférer une partie du congé maternité post-natal au père. L’OFCE chiffre le coût actuel des indemnités journalières liées à la maternité à plus de 3 milliards d’euros. Derrière cette volonté de réformer le congé paternité, un objectif bien précis : rééquilibrer entre les deux parents l’impact d’une naissance sur une carrière.

père au foyer

Actuellement, les femmes réalisent 71% du travail domestique et 65% du travail familial.  « Contrairement aux hommes, elles ajustent leur carrière aux contraintes de la vie familiale », et elles « gagnent en moyenne 25% de moins que les hommes », précise l’Observatoire. S’il existe bien un congé parental pour les hommes (un an pour un premier enfant, et 3 ans pour le second, répartis entre le papa et la maman), reste que « le faible niveau de l’allocation ne peut pas compenser tous les freins économiques, sociaux et normatifs qui font que les pères ne le prennent pas », souligne l’OFCE.

Source : AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>