Zika : un lien enfin établi avec la microcéphalie

Le 12 décembre 2017 - Par La rédaction avec l'AFP

Une étude scientifique franco-belge a permis d’éclairer le mécanisme par lequel le virus Zika entraîne des microcéphalies chez les foetus, a annoncé l’Institut Pasteur ce lundi.

L’équipe de chercheurs, réunie au sein d’un réseau européen appelé ZIKAlliance, « a identifié un mécanisme spécifique », alors que le lien entre cette affection principalement transmise par des moustiques et la malformation du cerveau « reste méconnu », précise l’Institut Pasteur. Repéré pour la première fois en 1947 en Ouganda sur un singe, le Zika est longtemps resté bénin, avant de muter en 2013 et de devenir une menace pour la santé publique mondiale en 2015. Il avait entraîné cette année-là, surtout auBrésil, une vague de milliers de naissances d’enfants atteints de microcéphalies, qui s’est ensuite atténuée.

Le virus a pour effet à la fois de perturber la formation des neurones et d’en tuer certains

D’après les chercheurs de ZIKAlliance, le virus a pour effet à la fois de perturber la formation des neurones et d’en tuer certains. « Lorsqu’il atteint le cerveau, le virus Zika infecte d’une part les cellules-souches neuronales qui vont ainsi générer moins de neurones, et d’autre part, en induisant un stress chronique du réticulum endoplasmique (structure de la cellule qui synthétise les protéines, ndlr), il favorise l’apoptose, c’est-à-dire la mort précoce de ces cellules neuronales », explique l’Institut Pasteur. De quoi entrevoir des débouchés thérapeutiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>