Zika : le Brésil rouvre le débat sur l’avortement

Le 5 février 2016 - Par Manon Costantini

Avorter préventivement, aux dépens des mœurs du pays, ou bien risquer des complications fœtales ? Etrange dilemme, malheureusement au goût du jour. Au Brésil, la crainte du virus Zika a rouvert le débat sur l’avortement.

Avorter ou risquer de donner naissance à un enfant malformé ? Le virus Zika aura réussi à chambouler les mœurs du plus grand pays catholique du monde. Certaines Brésiliennes ont préféré opter pour un avortement clandestin après avoir été piquées par un moustique plutôt que de faire courir le moindre risque à leur bébé.

Depuis le mois d’octobre dernier, plus de 404 cas de bébés nés avec une microcéphalie ont été recensés au Brésil. De plus, 3 670 autres cas suspects ont été associés à Zika, ce qui fait du Brésil le pays le plus touché par le virus

Un groupe de militants en faveur de l’avortement

Seulement voilà, un avortement clandestin peut aussi présenter des risques. C’est ainsi qu’un groupe de militants, constitué d’avocats et de médecins, a soumis une demande auprès de la Cour suprême afin qu’elle autorise l’interruption de grossesse dans des cas de microcéphalie, mais aussi lorsque des femmes enceintes infectées par le virus Zika ne veulent pas mener à terme leur grossesse. Jusqu’ici, la loi brésilienne ne permet d’avorter qu’en cas de viol ou lorsque la vie de la mère est en danger.

Le pays le plus touché

Depuis le mois d’octobre dernier, plus de 404 cas de bébés nés avec une microcéphalie ont été recensés au Brésil. De plus, 3 670 autres cas suspects ont été associés à Zika, ce qui fait du Brésil le pays le plus touché par le virus.

© iStockphoto

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>