Vieillissement : une prise en charge jugée insuffisante !

Le 11 juillet 2017 - Par La rédaction avec l'AFP

Selon un sondage* Odoxa publié hier, plus des deux-tiers des Français jugent insatisfaisante la prise en charge du vieillissement, et autant seraient favorables à la création d’un « 5ème risque » consacré à son financement public.

68% des Français se disent insatisfaits de la prise en charge de la santé et de l’accompagnement du grand âge et de la perte d’autonomie, selon ce sondage réalisé pour Orange Healthcare, la MNH, la Fédération Hospitalière de France et Ramsay-Générale de santé, avec Le Figaro santé et France Inter. 65% se disent personnellement inquiets quant à leur capacité à accéder aux services et aides dont ils pourraient avoir besoin en vieillissant. Et, pour les trois-quarts des Français, le financement des actions en faveur du grand âge doit relever de la solidarité nationale (dont départements et communes), tandis que 83% d’entre eux s’inquiètent des difficultés rencontrées par certains départements pour financer l’Allocation personnalisée d’autonomie (APA).

La création d’un « 5ème risque » plébiscitée

Le sondage révèle également que 66% des Français (et 74% des plus de 65 ans) seraient favorables à la création d’un « 5ème risque » consacré au financement public de la prise en charge du vieillissement. Si les Français ont une assez bonne image (60%) des personnels de santé qui travaillent dans les établissements d’hébergement de personnes âgées dépendantes (Ehpad), ils sont aussi 56% à avoir une mauvaise image de ces établissements avec 84% convaincus qu’ils manquent de moyens.

La santé, première inquiétude induite par le vieillissement

Les inquiétudes des Français concernant leur vieillissement portent essentiellement sur la santé, premier domaine d’inquiétude cité devant les problèmes de revenus, et plus particulièrement sur les troubles cognitifs (Alzheimer, sénilité précoce). 82% des Français ne connaissant pas bien les dispositifs de prise en charge de la perte d’autonomie ni ne savent où s’adresser en cas de besoin. 71% estiment que les objets connectés dans la santé peuvent aider au maintien à domicile des personnes âgées, mais 85% estiment qu’ils ne sont pas suffisamment financés par l’Etat.

Quant aux aidants familiaux, 70% s’estiment mal aidés par les pouvoirs publics, et la moitié (50%) ne disposent d’aucune solution de recours en cas d’indisponibilité.

 

*Etude réalisée en juin auprès d’un échantillon représentatif de 1.002 personnes (méthode des quotas), ainsi qu’auprès d’échantillons de 328 aidants familiaux, 437 médecins et 406 infirmiers, et 219 directeurs d’hôpitaux et Ehpad.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>