Une nouvelle étude en faveur de l’étiquette nutritionnelle

Le 2 octobre 2015 - Par Manon Costantini

Dans une interview qu’il nous accordait il y a quelques mois, le professeur Serge Hercberg nous expliquait pourquoi il considère l’étiquette nutritionnelle comme un très bon indicateur de nutrition pour le consommateur. Une récente étude effectuée par des membres de l’Equipe de Recherche en Epidémiologie Nutritionnelle (EREN) dans la revue internationale « Nutrition Journal» abonde dans son sens.

Le 24 août dernier, le Haut conseil de la Santé publique (HCSP) rendait déjà un avis  favorable sur la pertinence du système d’information nutritionnelle à 5 couleurs. Un système d’ailleurs prévu par l’article 5 de la Loi santé de Marisol Touraine, qui prévoie de faciliter l’information pour le consommateur grâce à des « symboles ou graphiques » sur la face des emballages, tels des guides sur la qualité nutritionnelle des produits.

Un score pour évaluer le produit

En effet, une équipe de chercheurs dirigée par Serge Hercberg, président du Plan National Nutrition Santé, a récemment mis en évidence que ce système d’information était le « plus efficace pour reconnaître et comparer la qualité nutritionnelle des aliments ». Cela, grâce à un indicateur unique prenant en compte les données des emballages souvent opaques pour le consommateur comme les calories, les sucres simples, les acides gras saturés et bien d’autres encore.

Le consommateur, enfin maître de ses choix 

Ce travail, développé par l’EREN sous la conduite du docteur Chantal Julia (médecin nutritionniste), a notamment mis en lumière la cohérence de la répartition nutritionnelle vis-à-vis des recommandations de santé publique. De plus, les recherches ont pu mettre en évidence la capacité du logo 5-C à cibler les différences entre les qualités nutritionnelles existantes. C’est-à-dire par exemple que, grâce à ce logo, le consommateur peut différencier les qualités de deux mêmes aliments de marques différentes.

Vivement critiqué par les industriels de l’agroalimentaire, ce système coloriel 5C semble pourtant parfaitement applicable sur le marché français. Selon Serge Hercberg, il est un moyen d’apporter aux consommateurs une réelle transparence sur la qualité nutritionnelle des aliments et leur permet ainsi de comparer et orienter leur choix, facilement et en toutes connaissances de causes.

Lire aussi le témoignage de Florent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>