Télémédecine : tout se joue maintenant !

Le 25 février 2015 - Par Gaële Bengui

D’après un sondage récent Vivavoice, les Français commencent à s’intéresser de très près à la télémédecine. Et pour cause… Cette pratique médicale semble constituer une réponse pertinente aux défis auxquels est confrontée l’offre de soins actuellement.

Ainsi, près des deux tiers des personnes interrogées dans cette enquête estiment que la télémédecine peut améliorer la qualité de la prise en charge médicale et pallier le manque de professionnels dans certains territoires. Si la possibilité de bénéficier d’un acte médical réalisé à distance apparait comme une avancée technologique alliant sécurité et disponibilité des soins, une partie importante de la population considère, toutefois, qu’un entretien médical ou une consultation requièrent une proximité physique et un contact direct. Cela, bien sûr, afin de préserver la qualité de la relation soignants–soignés.

Pour répondre à ces craintes – et éviter qu’elles ne constituent un frein au déploiement du dispositif – une action de promotion de la télémédecine a été conçue par le ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes en lien avec le Collectif interassociatif sur la santé (CISS). Support phare de cette action, une vidéo démontrant la valeur ajoutée du recours à la télémédecine vis-à-vis du grand public (usagers et patients) pour valoriser une pratique médicale à part entière, sécurisée et « humanisée » mais aussi des professionnels de santé, médicaux ou non, pour aider à la connaissance d’initiatives et susciter la création de projets.

Rappelons que les bénéfices de la télémédecine sont nombreux : égal accès aux soins et amélioration des délais de prise en charge, maintien de la qualité du diagnostic par un partage des informations rapide et performant entre professionnels de santé ou encore limitation des complications liées à une prise en charge trop tardive… Pour la télémédecine, tout semble se jouer maintenant.

 

PC croix

La télémédecine permet :

– D’établir un diagnostic,

– D’assurer, pour un patient à risque, un suivi dans le cadre de la prévention ou un suivi post thérapeutique,

– De requérir un avis spécialisé,

– De préparer une décision thérapeutique,

– De prescrire des produits, de prescrire ou de réaliser des prestations ou des actes,

– D’effectuer une surveillance de l’état des patients.