Soja et cancer : bénéfices et risques du soja sur la santé

Le 18 mai 2016 - Par Manon Costantini

Aucun lien formel et officiel entre le soja et la tumeur tueuse n’ a encore été établi par les autorités sanitaires, le soja n’est donc pas un aliment « anti-cancer », bien qu’il aurait « peut-être » un rôle à jouer dans la lutte contre cette maladie…

Des études prometteuses

Jusqu’ici, plusieurs études épidémiologiques ont été menées et ont pu démontrer que la consommation de soja aurait un réel impact sur la prévention du cancer du sein. Des chercheurs, en effet, ont pu observer que le cancer du sein survenait moins chez les personnes mangeant une certaine quantité de soja que chez les non consommatrices. Cependant, l’échantillon de femmes interrogées et analysées n’a pas été assez étendu et les études n’ont pas été assez « poussées » pour pouvoir formellement identifier le soja comme étant un aliment « anti-cancer du sein ». De plus, ces résultats ont été observés chez des femmes asiatiques, très grandes consommatrices de soja. La comparaison a été faite vis-à-vis des femmes occidentales, alors que ces dernières n’ont été soumises à aucune étude du même type. Les spécialistes ne savent donc pas dire si une supplémentation en isoflavones, substances végétales présentes dans le soja, chez les femmes en Occident aurait un impact ou non sur le taux de survenue du cancer du sein. De fait, on ne peut donc pas affirmer que la faible prévalence en Asie, comparé à l’Occident, du « cancer des femmes » se doive directement à la grande consommation de soja.

Des isoflavones aussi bénéfiques que nuisibles selon les cas

Si aucune annonce officielle n’a encore été faite à ce sujet, certaines études laissent tout de même à penser que les isoflavones du soja exerceraient une grande influence sur l’organisme lors de la survenue d’un cancer du sein. Une équipe de chercheurs, dont l’étude a été publiée dans la revue Molecular Nutrition and Food Research, a observé les réactions de rongeurs après les avoir nourris à la farine de soja. Ils ont ainsi pu constater que « la farine de soja a renforcé la fonction immunitaire des animaux dans son ensemble, ce qui expliquerait pourquoi elle ne stimule pas la croissance de la tumeur ». Au contraire, les souris ayant été nourries avec des isoflavones purifiées, c’est-à-dire ayant été isolées, ont présenté un affaiblissement de la fonction immunitaire. Cela veut donc dire que les isoflavones seules ont un effet néfaste sur l’organisme en aidant indirectement à la prolifération des cellules cancéreuses, et alimentent le cancer, alors que la molécule entière, le soja non modifié, aiderait plutôt à lutter contre la tumeur.

Le soja n’est pas un produit miraclesoja-contre-cancer

Cependant, si le soja possède de nombreuses vertus, il n’est pas pour autant un produit miracle. Au contraire, s’il est recommandé dans certains cas (comme lors de la ménopause ou dans le cadre d’un régime), il est fortement déconseillé chez les femmes enceintes et les nourrissons notamment. Comme il est un produit naturel, il n’attire pas la méfiance. Mais comme l’explique le Dr Dominique Parent-Massin, toxicologue à l’Université de Bretagne occidentale, c’est justement parce qu’il est naturel qu’il faut le surveiller. Les aliments et produits modifiés par la main de l’homme ne peuvent faire leur entrée sur le marché qu’après y avoir été autorisé par les établissements compétents. C’est justement là que se trouve le « danger » puisqu’un aliment naturel ne nécessite aucune autorisation ni vérification si rigoureuse au premier abord. Pourtant, certaines substances toxiques se trouvent parfois dans certains aliments que l’on ne soupçonnerait pas. C’est pourquoi, il est toujours important de manger de tout, sans jamais abuser de rien !

© iStockphoto

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>