Quels traitements pour le diabète gestationnel ?

Le 1 mai 2015 - Par La rédaction

En France, le diabète gestationnel – dont la tendance est à la hausse – touche entre 2 et 6% des femmes enceintes. Comment le traite-t-on à une période si délicate de la vie d’une femme ? Explications.

Les clefs d’un traitement réussi s’appuient sur un dispositif incluant non seulement la motivation de la patiente, mais aussi son autosurveillance glycémique, des mesures hygièno-diététiques, et bien sûr, l’accompagnement par une équipe pluridisciplinaire de médecins pour suivre l’évolution de la future maman et de son diabète : le généraliste, le gynécologue, le nutrionniste, le diabétologue… Ainsi, la femme enceinte diagnostiquée devra-t-elle pratiquer son autosurveillance glycémique afin de garder une glycémie à un taux acceptable, soit inférieur ou égal à 0,92g/L à jeun. Ces résultats permettront de déterminer la prescription d’un traitement par insuline en sachant que la premère étape du traitement consistera en une prise en charge diététique avec régime alimentaire adapté et contrôle du poids. En dehors de contre-indications médicales, l’activité physique régulière et adaptée au profil de la femme enceinte sear aussi recommandée dans le cas d’un diabète gestationnel temporaire ou d’une grossesse avec un diabète. S’il devient nécessaire, le traitement par insuline – réservé aux femmes pour qui les mesures hygiéno-diététiques n’ont pas suffit pour atteindre les objectifs et l’équilibre glycémiques – sera prescrit par injection, les antidiabétiques oraux étant le plus souvent contre-indiqués pour la femme enceinte. Sachons, enfin, que la grande majorité des diabètes gestationnels ne vont pas se compliquer et  très bien répondre à l’association de modifications nutritionnelles et d’une activité physique adaptée. Mais gardons aussi en tête que si dans la majorité des cas, il va disparaitre après la grossesse, il peut aussi installer un diabète de type 2 quelques années plus tard.