Psychiatrie : mieux prendre en charge les mineurs

Le 6 avril 2017 - Par Vanessa Bernard

Le repérage précoce des troubles psychiatriques des enfants et adolescents doit s’accompagner d’une prise en charge plus efficace, estime un rapport parlementaire publié mercredi qui formule 52 recommandations.

« La nécessité d’agir le plus en amont possible avec les instruments adaptés s’impose d’autant plus que, s’ils sont pris suffisamment tôt, certains troubles peuvent disparaître et l’enfant ou l’adolescent guérir », souligne ce rapport, coordonné par Michel Amiel, sénateur des Bouches-du-Rhône (DVG) et médecin de formation.

Les recommandations du rapport

Le rapport préconise notamment de faire passer à chaque étudiant une visite médicale lors de son entrée dans l’enseignement supérieur, pour faire un bilan de son état de santé, tant physique et psychique, et l’informer de l’accompagnement dont il peut bénéficier. Le rapport recommande aussi de « soutenir la recherche en épidémiologie » pour mieux connaître la population des mineurs touchés par des troubles psychiatriques. La fréquence de ces troubles chez les jeunes français ne semble pas augmenter, mais les progrès du diagnostic et l' »essor de certaines affections » créent de nouveaux besoins de soins, explique le rapport, qui vient clore une mission d’information de quatre mois, présidée par le sénateur du Vaucluse Alain Milon (LR).

« Près d’un million de jeunes par an font appel à la pédopsychiatrie, aussi bien  à l’hôpital public que dans des structures associatives et privées. »

Pédopsychiatrie, où en est-on ?

Selon un précédent rapport publié en novembre 2016 par Marie-Rose Moro et Jean-Louis Brison, près d’un million de jeunes par an font appel à la pédopsychiatrie, tant à l’hôpital public que dans des structures associatives et privées. Selon lui, il faudrait aussi améliorer l’information des familles et mieux diffuser les « outils de repérage » auprès des psychologues et infirmiers scolaires et des services de protection maternelle et infantile. Il recommande aussi de « poursuivre le mouvement de réouverture de lits hospitaliers en psychiatrie infanto-juvénile » et d’ »accroître les capacités d’ouverture des centres médico-psychologiques » ainsi que leur capacité à recevoir en urgence, notamment pour réduire les délais d’obtention des rendez-vous. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), plus de 50% des pathologies psychiatriques de l’adulte apparaissent avant l’âge de seize ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>