PRÉSERVER SON CAPITAL AUDITIF AVEC « ENTENDRE »

Le 29 avril 2015 - Par Vanessa Bernard

Communiqué

Bruit de la ville, baladeurs, oreillettes de téléphone portable, concerts…Les nuisances sonores sont si quotidiennes que nous avons fini par nous habituer à un niveau de décibels trop élevé…

Nos oreilles sont sollicitées en permanence. De fait, sans que nous en ayons vraiment conscience, nous risquons un déficit auditif et ce, à tout âge. Et si nous avons tendance à penser que nous entendons « bien », il est pourtant certains signaux qui doivent nous mettre en alerte. Les acouphènes bien sûr, mais pas seulement. Faire répéter son interlocuteur, augmenter le son de la télévision systématiquement, faire des « efforts » pour suivre une conversation… Autant d’indices qui doivent retenir notre attention. Que faire dès lors que nous soupçonnons notre confort auditif d’être altéré ? Les réponses de Jean-Robert Fiolleau, président d’Entendre et audioprothésiste D.E.

Jean Robert FIOLLEAU-3

Quel est le rôle d’un audioprothésiste ?

L’audioprothésiste (obligatoirement diplômé d’Etat) procède au choix, à l’adaptation et au contrôle de l’efficacité de l’aide auditive. Il est le seul professionnel à être habilité à réaliser ces actes. Les audioprothésistes Entendre (réseau d’audioprothésistes indépendants) accordent une importance privilégiée au dialogue, élément indispensable pour proposer l’aide auditive la mieux adaptée à l’audition et aux habitudes de vie de la personne. Notre rôle est de mettre à disposition nos compétences et notre écoute au service du confort auditif pour tous et à tous les âges de la vie. Il est deux types de patients : ceux qui viennent chez nous suite à une prescription d’appareillage par leur ORL et ceux qui viennent pour obtenir des informations mais qui restent peu nombreux (environ 10%). Pour les premiers, nous sommes là pour les guider dans le choix de leur aide auditive en prenant le temps de les écouter. Nous assurons aussi, bien sûr, leur suivi sur toute la durée de vie de l’appareillage. Pour les seconds, nous leur apportons les informations relatives à la correction auditive et les guidons vers un ORL de leur choix.

Que risque-t-on à ne pas surveiller son capital auditif ?

Toute perte d’audition devient irréversible. A ne pas prendre en considération les signaux, nous mettons en danger notre vie sociale et risquons de nous isoler. Heureusement la population commence à être sensibilisée ; de plus en plus de « jeunes » viennent spontanément chez nous notamment pour y trouver des protections auditives. Mais aussi des entreprises qui souhaitent protéger leurs salariés des nuisances sonores dues à leur profession (comme dans le BTP, par exemple). Certains professionnels comme les chirurgiens dentistes ou encore les musiciens sont aussi de plus en plus soucieux de protéger leurs oreilles.

Les aides auditives ont largement évolué. Peut-on s’équiper de façon « esthétique » tout en préservant son budget ?

Depuis plus de 35 ans que j’exerce ce métier, les appareils ont connu des évolutions majeures. Je dirais que la chance que nous avons désormais est de pouvoir appareiller de très petites pertes auditives grâce à des aides auditives extrêmement discrètes et design. Un appareil vaut entre 700 et 2 000 euros mais ne se renouvelle que tous les 5 ou 6 ans en moyenne. Des solutions de financement peuvent être proposées en fonction des besoins de chacun ; Chez Entendre, le suivi par l’audioprothésiste n’engendre évidemment aucun frais et la garantie et l’assurance 4 ans sont incluses dans le prix de votre aide auditive *.

*Voir conditions dans votre centre Entendre.

Pour connaître le centre Entendre le plus proche de chez vous : www.entendre.com ou 3220, dîtes « Entendre ».