Détailler les causes des décès et réduire la mortalité

Le 24 mai 2017 - Par Vanessa Bernard

Selon de nouvelles données de l’Organisation mondiale de la Santé, près de la moitié des décès sont désormais enregistrés avec leur cause. De quoi souligner les progrès accomplis par les pays en ce qui concerne la collecte des statistiques de l’état civil et la progression constante vers les objectifs de développement durable (ODD).

Sur les 56 millions de décès survenus dans le monde en 2015 selon les estimations, 27 millions ont été enregistrés avec leur cause, selon les Statistiques sanitaires mondiales annuelles de l’OMS. En 2005, ce n’était le cas que pour un tiers environ. Plusieurs pays ont avancé sensiblement dans le renforcement des données collectées, comme la Chine, la Turquie et la République islamique d’Iran, pays dans lequel 90% des décès sont désormais enregistrés avec des informations détaillées sur la cause, contre 5% en 1999. «Si les pays ne savent pas pourquoi les gens tombent malades et de quoi ils meurent, il est alors beaucoup plus difficile de déterminer ce qu’il faut faire», explique le Dr Marie-Paule Kieny, Sous Directeur général à l’OMS pour le Groupe Systèmes de santé et innovation. «L’ OMS collabore avec les pays pour renforcer les systèmes d’information sanitaire et leur permettre de mieux suivre les progrès vers les objectifs de développement durable.»

«L’OMS collabore avec les pays pour renforcer les systèmes d’information sanitaire et leur permettre de mieux suivre les progrès vers les objectifs de développement durable.»

Mortalité maternelle, infantile et VIH : trois grands axes.

Dans ses ODD (objectifs de développement durable) l’OMS enregistre les progrès par catégorie de décès afin de mieux les combattre. Les 3 premiers points de la liste concernent la mortalité maternelle, infantile et celle liée au VIH. En 2015, 830 sont mortes chaque jour de complications de grossesse. Les ODD envisagent en 2030 de faire passer la mortalité maternelle de 216 pour 100.000 naissances en 2015 à moins de 70 (pour 100.000 naissances). Le rapport affiche une réduction des morts néonatales et d’enfants de moins de 5 ans entre 2000 et 2015 de 37% et 44% respectivement. L’objectif est ainsi éliminer d’ici 2030 les décès de nouveaux-nés évitables et d’enfants de moins de 5 ans, tous les pays devant chercher à ramener la mortalité néonatale à 12 pour 1000 naissances vivantes au plus et la mortalité des enfants de moins de 5 ans à 25 pour 1000 naissances vivantes au plus.

Concernant le VIH et les autres maladies observées, on estime à 2,1 millions le nombre de cas de nouvelles infections par le VIH en 2015, soit 35% de moins qu’en 2000 (environ 3,2 millions) et à 212 millions les cas de paludisme dans le monde en 2015. Près de 60% de la population à risque avait accès aux moustiquaires imprégnées d’insecticide en 2015, contre 34% en 2010. Sur ce point les ODD prévoient une réduction d’un tiers, par la prévention et le traitement, la réduction des taux de mortalité prématurée due à des maladies non transmissibles et la promotion de la santé mentale et du bien-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>