Pr. Sigaux : « Chaque cancer est unique et nécessite donc un traitement adapté à chaque malade»

Le 28 février 2015 - Par Gaële Bengui

Chef du service d’hématologie biologique à l’hôpital Saint-Louis, le Pr. François Sigaux a été nommé à la direction de la Recherche et de l’Innovation  de l’Institut national du cancer (INCa) en septembre 2014. Il répond à nos questions.

La recherche contre le cancer si elle ne permet pas encore de rapporter de « grandes découvertes » a quand même permis bien des avancées. Où en est-on aujourd’hui ?

La plus importante avancée de ces dernières années est la découverte que chaque cancer est unique et nécessite donc un traitement adapté à chaque malade. On appelle cela la médecine personnalisée ou de précision. Une grande avancée qui ne doit toutefois pas faire oublier qu’il vaut mieux prévenir que guérir.

La prévention et le dépistage sont en effet essentiels… Quelles sont les voies prometteuses ?

Parmi ces voies, la vaccination contre les virus responsables des cancers du col de l’utérus est une avancée majeure. L’arrivée dans quelques mois d’un nouveau test de dépistage du cancer colorectal plus simple et plus performant devrait également permettre de stimuler la participation à ce programme de dépistage encore trop faible.

Pourquoi certains cancers se traitent mieux que d’autres ? 

Il existe une variation importante de l’efficacité des traitements anticancéreux pour un organe donné. Certains sont plus résistants aux traitements actuels. Les recherches visent donc à mieux comprendre ces résistances pour utiliser de nouvelles thérapeutiques comme l’immunothérapie. Dans cette forme de traitement, on permet à l’organisme de lutter contre la tumeur et d’aider à l’éliminer. Il s’agit d’une piste récente très prometteuse que l’Institut national du cancer tient tout particulièrement à promouvoir.