Pollution de l’air : 48 000 décès par an

Le 11 juillet 2016 - Par Manon Costantini

Transports, industries et autres production énergétique génèrent une pollution atmosphérique considérable qui représente désormais un enjeu sanitaire mondial. Une étude, réalisée par Santé Publique France, fait état d’un constat alarmant.

Pollution : les particules fines en question

L’établissement Santé Publique France – qui regroupe aujourd’hui l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes), l’Institut de veille sanitaire (InVS) ainsi que l’Etablissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires (Eprus) – a publié, en juin dernier, de nouveaux travaux concernant l’impact de la pollution atmosphérique sur la santé en France métropolitaine. Le constat est alarmant : la pollution de l’air par les particules fines causerait le décès d’environ 48 000 personnes chaque année.

La pollution de l’air par les particules fines causerait le décès d’environ 48 000 personnes chaque année

Directement créées par l’activité humaine (voitures, différents types de chauffage, etc.), ces microparticules sont accusées d’être notamment responsables de maladies cardiovasculaires, respiratoires et même neurologiques. Des cancers pourraient également résulter d’une exposition trop importante à la pollution de l’air.

Une exposition quotidienne et durable plus nocive que des pics de pollution

Les résultats vont même plus loin en évoquant le fait qu’une exposition trop régulière à la pollution pourrait représenter une perte d’espérance de vie de 2 ans chez une personne âgée de 30 ans. Si les niveaux de pollution en milieu urbain sont importants, la pollution atmosphérique touche également les zones rurales, où l’espérance de vie chute malgré tout de 9 mois.

Les résultats vont même plus loin en évoquant le fait qu’une exposition trop régulière à la pollution pourrait représenter une pollutionperte d’espérance de vie de 2 ans chez une personne âgée de 30 ans

Les travaux expliquent aussi qu’une exposition continuelle à la pollution a plus d’effets négatifs sur l’organisme que les pics de pollution, eux-mêmes… Peut-être une piste à suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>