Pénurie de médecins : les décisions de Marisol Touraine

Le 22 novembre 2015 - Par Manon Costantini

Depuis quelques années, la France connaît une véritable pénurie de médecins en hôpital public. Ainsi, il faut parfois attendre près de 6 mois avant d’obtenir un rendez-vous avec un spécialiste. 

Le numerus clausus à l’entrée des études de médecine a déjà été augmenté : il est passé de 3 500 à plus de 7 500 par an. Si la France comptait 215 000 médecins en activité en 2013, il faut tout de même se rendre à l’évidence : la pénurie n’aura jamais autant menacée que ces dernières années. Les statistiques l’ont prouvé, d’ici à 2020, 30% des praticiens hospitaliers prendront leur retraite : la pénurie s’aggravera alors plus encore et la désertification médicale s’amplifiera si rien n’est fait.

D’ici à 2020, 30% des praticiens hospitaliers prendront leur retraite : la pénurie s’aggravera

Bien consciente de cette réalité, Marisol Touraine souhaite prendre les choses en main. La ministre de la Santé a ainsi annoncé au tout début du mois l’élaboration d’un plan de lutte contre la pénurie de médecins à l’hôpital public. D’ici à 2019, 250 millions d’euros vont être mis à disposition pour financer cette initiative.

D’ici à 2019, 250 millions d’euros vont être mis à disposition

Tout d’abord, le gouvernement s’attaquera, dès janvier 2016, aux écarts de rémunérations : les médecins étant mieux payés lorsqu’ils exercent en établissement privé ou en étant intérimaires. En outre, une prime d’engagement et une accélération de carrière seront octroyées aux jeunes praticiens qui accepteront de travailler dans « les zones sous-denses ou dans les spécialités en tension ». Au bout de cinq ans d’exercice, ces médecins auront officiellement sept ans d’ancienneté sur leur fiche de paie. L’objectif ? 3 000 praticiens de plus d’ici 2018 dans le cadre de ce dispositif.

Une prime d’exercice territorial va également être créée dans le but d’encourager la mobilité des médecins dans le cadre des Groupements hospitaliers de territoires (GHT) de la loi santé. L’objectif ici est de répartir 15 000 praticiens dans plusieurs hôpitaux publics. Affaire à suivre.

©2015 iStockphoto  / Minerva Studio

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>