Monoparentalité, santé en danger ?

Le 20 mai 2015 - Par Vanessa Bernard

Le 14 mai dernier, le Journal of Epidemiology & Community Health publiait une étude relative à l’impact sanitaire de la monoparentalité sur les femmes. Un sujet particulièrement intéressant quand on sait, qu’en France, une femme sur cinq élève seule ses enfants…

Pas facile pour un parent seul de jongler entre son travail, l’entretien de sa maison, l’éducation de ses enfants, ses loisirs… Nathalie en sait quelque chose. Seule avec son fils de 7 ans depuis sa naissance, il est bien des moments où elle se sent épuisée. Elle avoue même que « la fatigue est devenue un état permanent ». Ces derniers mois plus particulièrement d’ailleurs. Financièrement d’abord, sa situation en fin de mois est souvent critique. Mais le pire, ce sont les problèmes de santé qui semblent s’accumuler depuis quelque temps. Un malaise vagal lors d’un rare moment de détente chez le coiffeur, la grippe quelques semaines plus tard, et un beau jour, une crise d’angoisse dans le RER qui l’oblige à en descendre pour rentrer chez elle à pied… « C’était un vendredi. Tous les jours précédents, je m’étais sentie oppressée dans les transports, assoiffée, déboussolée », explique-t-elle. Le lendemain, rien ne s’arrange. « J’ai appelé un ami à la rescousse pour qu’il vienne s’occuper de mon fils. Je devais aller chez mon médecin lui expliquer la situation en urgence. » Le verdict tombe : prescription d’anxiolitiques et d’anti-dépresseurs et arrêt de travail d’une semaine au moins… « Il m’avait déjà precrit ces médicaments mais jusqu’alors, j’avais refusé de les prendre. Par peur de tomber dans un cycle infernal et ne voulant sans doute pas reconnaître mon état dépressif. Mais là, je n’avais plus le choix. Mon fils est jeune, il a encore besoin de moi ! »

Nathalie fait clairement partie de ces mamans particulièrement vulnérables mises en perspective par la dernière étude menée sur la monoparentalité des femmes et publiée il y a quelques jours dans le Journal of Epidemiology & Community Health. Cette enquête, en effet, a mis à jour des profils « à risque ». Parmi eux : les femmes ayant traversé le divorce, celles ayant eu un enfant avant 20 ans et celles qui élèvent leur enfant seules depuis plus de 8 ans. CQFD. De cette « grande fragilité » qui les caractérise, les mamans concernées, tirent bien des désavantages. Outre des problèmes d’argent qui sont communs à l’ensemble de ces femmes célibataires avec enfant(s) à charge, il est parfois des conséquences plus sombres encore : de vrais problèmes de santé. Ainsi, les observations des chercheurs démontrent que le stress dû à ces situations de monoparentalité augmente considérablement le risque de maladies cardiovasculaires, de pathologies chroniques, de troubles de la santé mentale et parfois même de décès prématurés… Attention donc à être bien vigilante quant à ces risques réels et aux signes qui doivent nous mettre en alerte. Nathalie le reconnaît : « J’aurais dû me préoccuper de mon état bien avant ; je sentais que quelque chose n’allait pas mais je ne voulais pas ouvrir les yeux… Mon traitement me fatigue mais je sais maintenant qu’il est indispensable (pour un temps au moins) étant donné les phobies que je commençais à développer… ».