Mieux connaître les maladies cardio-vasculaires

Le 25 juillet 2017 - Par Vanessa Bernard

Les maladies cardio-vasculaires sont la première cause de mortalité dans le monde. L’Organisation mondiale de la santé estime ainsi à près de 17 millions les décès qui y sont liés, chaque année, soit environ 31% de la mortalité mondiale. 

En étant à l’origine de plus de 7 millions de morts, la cardiopathie coronarienne reste la pathologie la plus meurtrière, suivie de près par les AVC représentant, de leur côté, plus de 6 millions de décès. Principales causes favorisant l’apparition de ces maladies : le tabagisme, l’obésité, l’alimentation malsaine…

L’OMS a récemment recensé les différents troubles que comprend le terme de « maladies cardio-vasculaires ». On parle donc ici des fameuses cardiopathies coronariennes, touchant les vaisseaux sanguins qui alimentent le muscle cardiaque, des maladies cérébro-vasculaires qui elles s’attaquent aux vaisseaux sanguins qui alimentent le cerveau. On parle aussi des artériopathies périphériques qui touchent les vaisseaux sanguins alimentant les bras et les jambes, des  cardiopathies rhumatismales, affectant le muscle et les valves cardiaques et résultant d’un rhumatisme articulaire aigu, causé par une bactérie streptocoque. Enfin, on parle aussi des malformations cardiaques congénitales qui touchent à la structure du cœur et sont présentes dès la naissance ou encore des thromboses veineuses profondes et des embolies pulmonaires qui résultent d’une obstruction des veines des jambes par un caillot sanguin, susceptible de se libérer et de migrer vers le cœur ou les poumons.

Peut-on les prévenir ? 

Il faut savoir qu’une pathologie cardio-vasculaire ne prévient pas toujours ; le patient n’en ressent donc pas forcément les symptômes. Pourtant, quelques signaux permettent parfois de comprendre que quelque chose ne va pas : les infarctus et AVC sont ainsi généralement les premiers signes de développement d’une maladie de type cardiaque ou vasculaire.

Diminuer, voire supprimer, les facteurs de risques comportementaux aurait un réel impact positif quant à la prévention des pathologies cardio-vasculaires. Selon l’OMS, par exemple, arrêter la consommation de tabac, réduire les quantités de sel dans son alimentation, manger régulièrement des fruits et des légumes, pratiquer une activité sportive de manière régulière et limiter les excès d’alcool pourraient considérablement réduire le risque de développer ce type de maladie. Et vous, où en êtes-vous ?

France : les maladies cardiovasculaires en quelques chiffres

En France, les maladies cardiovasculaires représentent la 1ère cause de mortalité chez les femmes et les personnes de plus de 65 ans, chaque année dans notre pays, on déplore environ 150.000 décès d’origine cardiovasculaire.Les principales pathologies à l’origine de ces décès sont :- Les infarctus du myocarde (et autres cardiopathies ischémiques), responsables de 27 % des décès cardiovasculaires.
– Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) : 25 %.
– L’insuffisance cardiaque : 23 %.

On compte en France :

– 15 millions d’hypertendus.
– 10 millions de personnes atteintes d’un excès de cholestérol (dyslipidémie).
– 3 millions de diabétiques.

Quant au montant des dépenses annuelles liées à ces maladies cardiovasculaires, il s’élève à quelque 28 milliards d’euros.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>