Lutte contre le tabagisme : une priorité gouvernementale

Le 25 mars 2015 - Par La rédaction

En France, plus de 13 millions de personnes fument quotidiennement. Et chaque année, le tabac tue 73 000 personnes dans notre pays, soit l’équivalent d’un crash d’avion de ligne par jour, avec 200 passagers à bord… C’est ainsi que pour lutter contre ce fléau, un programme national de réduction du tabagisme (PNRT) a été élaboré (objectif 10 du plan cancer 2014-2019). dont voici les trois axes majeurs :

Protéger les jeunes et éviter l’entrée dans le tabac

Une fois la consommation de tabac initiée, son arrêt devient très difficile. Or, environ 80% des fumeurs commencent à fumer mineurs. La priorité est donc de réduire la part des enfants qui s’engagent dans une consommation régulière de tabac. Pour ce faire, les produits du tabac doivent être moins attractifs. Ainsi, le PNRT prévoit la mise en place du paquet neutre standardisé et l’agrandissement des avertissements sanitaires (de 35% à 65%), et l’interdiction des arômes dans les produits du tabac ainsi que la publicité sur le lieu de vente. En outre, il envisage aussi d’améliorer le respect de l’interdiction de vente de produits du tabac aux mineurs. L’habilitation des polices municipales pour contrôler cette interdiction permettra d’y parvenir.

Aider les fumeurs à s’arrêter

Favoriser l’entrée des fumeurs dans une démarche d’arrêt passera par la mobilisation de nombreux professionnels et structures : professionnels de santé et professionnels socio- éducatif auront ainsi pour rôle de repérer les fumeurs susceptibles de s’arrêter et de les orienter en ville et à l’hôpital, pour proposer un conseil et un traitement, notamment aux malades atteints d’un cancer. Un effort de communication et d’aide à distance sera fourni afin de motiver les fumeurs à s’arrêter. Outre une communication importante en direction des fumeurs pour montrer les méfaits du tabac, des actions seront entreprises pour mieux faire connaitre le dispositif Tabac Info Service (le 3989 et le site tabac-info-service.fr) et développer l’e-coaching. Un pictogramme « grossesse sans tabac » sera également mis en place sur tous les contenants de tabac afin de mieux avertir les femmes et leurs compagnons des conséquences sanitaires du tabagisme sur la grossesse et l’enfant à naître. Le forfait d’aide au sevrage sera triplé pour les jeunes de 25 à 30 ans, les personnes souffrant de cancer et les bénéficiaires de la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C). Des amorces de traitements d’aide au sevrage seront mises à disposition gratuitement dans les structures recevant des populations en situation de précarité et à forte prévalence de tabagisme afin de contribuer à développer l’accessibilité de ces traitements.

Agir sur l’économie du tabac

La protection des prix pratiqués en France requiert une lutte contre le commerce illicite. Un plan interministériel de lutte contre le commerce illicite des produits du tabac permettra de rendre plus efficace une politique fiscale du tabac au service de la santé publique. L’ambition du PNRT et les objectifs fixés imposent d’accroître les moyens dédiés à la lutte contre le tabac. Pour ce faire, un fonds dédié aux actions de lutte contre le tabac sera créé qui permettra de financer des actions nouvelles. Pour ce faire, la mise à contribution de l’industrie du tabac sera étudiée Enfin, une plus grande transparence des activités de communication et de lobbying des industriels du tabac est nécessaire afin de mettre fin au travail de promotion directe (publicité sur le lieu de vente) et indirecte (placement de produit, financement d’activités culturelles, etc.) orchestré par les industriels en dépit de la législation française en matière de publicité. A l’instar de ce qui a été fait pour l’industrie du médicament, les pratiques de communication et de lobbying de l’industrie du tabac devront donc être rendues publiques, ce qui permettra également de lutter contre l’ingérence de l’industrie du tabac dans les politiques publiques et de se conformer à la Convention cadre de lutte contre le tabac de l’OMS (CCLAT), ratifiée par la France.