Lipomassage : j’ai testé pour vous

Le 30 mars 2015 - Par Propos recueillis par Vanessa Bernard

Sa culotte de cheval était un vrai complexe. Malgré des régimes à répétition, Virginie ne parvenait pas à se débarrasser de ce phénomène disgracieux. Après des mois de lipomassage, elle a enfin réussi à réduire durablement cet amas graisseux et peut désormais porter tout ce qu’elle veut ! Rencontre.

Comment avez-vous connu la technique du lipomassage ? 

Grâce à ma maman dont j’ai vu la silhouette se redessiner peu à peu. Je lui ai donc demandé quel était son secret. Elle était ravie et la voyant ainsi affinée, je me suis immédiatement renseignée… J’ai opté pour un kinésithérapeute agréé LPG pour plus de sécurité et j’ai pris rendez-vous.

Comment se déroule une séance ? 

La première fois, ma kiné m’a prise en photo et demandé de choisir dans ma garde-robes un pantalon qui deviendrait mon « vêtement test » à reessayer au fil des séances pour que je me rende bien compte de l’efficacité de la méthode. Ensuite, nous avons commencé. Le plus dur, au départ, c’est de porter le string et la combinaison nécessaires aux massages pour protéger la peau, c’est anti-glamour au possible (rires).

Les massages sont-ils douloureux ?

Je ne suis pas hyper sensible. Par exemple, l’épilation ne me fait pas mal. Aussi, n’ai-je jamais vraiment souffert. En revanche, vous sentez bien l’appareil surtout sur les zones les plus graisseuses. En ce qui me concerne, la kiné me demandait tout le temps si j’avais mal afin de régler la machine le cas échéant.

Combien de séances avez-vous suivies et quand avez-vous constaté les premiers résultats ? 

Au départ, il faut vraiment être assidu. De mémoire, au moins deux séances par semaine les quinze premiers jours, puis, une hebdomadaire. Après, je pense que c’est en fonction du patient. Pour ma part, dès le premier mois, j’ai vu les résultats, et mon entourage également. Très vite, mes amis m’ont dit « mais tu as maigri, non ? ». En fait, ma culotte de cheval était visiblement réduite et je pense que c’est ce qui a frappé en premier lieu…

Continuez-vous aujourd’hui à vous faire « masser » ?

Non mais j’ai été régulière pendant presque deux ans ! J’avais trop peur que la graisse ne réapparaisse si j’arrêtais (rires). Il faut dire que ces séances ont un coût, 60 euros les 45 mn en ce qui me concerne. Au bout d’un moment, les priorités ne sont plus les mêmes. J’ai donc arrêté mais maintenant que je suis décomplexée, je suis plus attentive à ma forme qu’auparavant. Par exemple, j’ai largement réduit ma consommation de sel sur les conseils de ma kiné (je suis passée au sel de sodium) et je cours aussi de temps en temps.

Conseilleriez-vous le lipomassage ?

Tout à fait. Encore une fois, les coûts peuvent être prohibitifs selon les bourses mais pour toutes celles et ceux qui songent à la chirurgie, je ne saurai que trop conseiller de tester cette méthode avant de s’installer sur un billard ! C’est moins risqué et largement moins onéreux pour le coup !