L’Europe fume, boit et mange trop : le rapport alarmant de l’OMS

Le 23 septembre 2015 - Par Manon Costantini

Selon l’Organisation mondiale de la santé, la consommation d’alcool et de tabac au sein de l’Europe a atteint des « niveaux alarmants » tandis que l’obésité ne régresse pas vraiment. Autant de phénomènes qui menacent les progrès accomplis ces dernières années en matière de baisse de la mortalité prématurée.

Des chiffres inquiétants 

Tous les trois ans, l’OMS publie son rapport sur la santé en Europe et, cette fois, il est alarmant. Dans ce document qui étudie 39 pays dont les membres de l’Union européenne et d’anciennes Républiques soviétiques, l’OMS souligne que : « La région européenne enregistre les taux les plus élevés au monde en termes de consommation d’alcool et de tabagisme et, en ce qui concerne les taux de surpoids et d’obésité, elle se classe juste derrière la région des Amériques ». Selon les chiffres exacts, 59% de la population est en surpoids ou obèse tandis que 30% des Européens fument. Un rapport de 2010 chiffrerait la consommation d’alcool à onze litres d’alcool pur par an et par personne en moyenne. Inquiétant, donc.

Des progrès et objectifs menacés ? 

Menacés, oui, mais pas perdus. L’Organisation mondiale de la santé ne lâche pas son objectif des yeux : d’ici 2020, la mortalité prématurée devra être réduite de 1,5% par an. Et, il semblerait, qu’en dépit des chiffres affolants mis en avant dans le rapport de l’OMS, nous soyons quand même sur la bonne voie. Les niveaux de mort prématurée liés à des maladies non-transmissibles (dont le diabète, les divers cancers, les maladies cardio-vasculaires, les maladies respiratoires chroniques etc.) montrent, en effet, un recul rapide.

 59% de la population est en surpoids ou obèse tandis que 30% des Européens fument

Pour autant, la vigilance reste de mise car si « les taux de tabagisme baissent partout -sauf à de très rares exceptions-« , l’obésité augmente. Pour Claudia Stein, directrice de la recherche du bureau européen de l’OMS, pas question de « gagner la guerre contre l’alcool et perdre celle contre l’obésité ». Le risque de perdre une bataille ? «Remettre en cause les progrès réalisés en matière d’espérance de vie, amputer des années d’existence aux générations à venir… De quoi méditer.

 

Nous tenons à préciser que l’OMS a déclaré avoir eu quelques difficultés pour obtenir les statistiques auprès de certains pays. Cela peut donc nuire à l’exactitude et la totale fiabilité des chiffres contenus dans le rapport. 

Lire aussi le témoignage d’Elodie qui essaie d’arrêter de fumer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>