Les Français boiraient-ils moins ?

Le 24 août 2017 - Par La rédaction avec l'AFP

En 2016, les Français ont fortement réduit leurs achats d’alcool. Une étude de l’association d’industriels « Avec modération! » fait état, en effet, du recul le plus important depuis 2007, alors que notre consommation d’alcool devient toujours plus occasionnelle. Plus de détails. 

Selon le baromètre 2017 de la consommation des boissons alcoolisées, l’année 2016 a connu une accélération de la diminution des volumes de -1,8 litres sur un an, passant alors à 70,7 litres par an et par foyer, tous alcools confondus (vin, bière, spiritueux…). En 2015, les Français avaient acheté en moyenne 72,5 litres d’alcool par foyer contre 73,2 litres en 2014 et 80,7 litres en 2007, soit une baisse de 10 litres depuis 2007.

La fréquence de consommation change aussi

Ainsi la majorité des Français âgés de 18 ans et plus consomment des boissons alcoolisées moins d’une fois par semaine (dont 18% jamais). Le nombre de consommateurs quotidiens a reculé de 6 points en 7 ans (à 9%) et compte surtout des hommes (13% contre 6% des femmes) et des personnes plus âgées (15% des 60-70 ans contre 2% des 18-25 ans). Le budget annuel consacré aux achats de boissons alcoolisées s’établit à 327,7 euros en 2016, soit 1,7 euro de moins qu’en 2015. Une légère diminution qui s’explique par un recul de la fréquence d’achat (25,1 actes d’achat en 2016 contre 25,4 en 2015). Le panier moyen reste stable à 13 euros. « Le phénomène de montée en gamme observé ces dernières années – moins mais mieux – n’est donc pas remis en cause par cette légère diminution du budget annuel total », constate Alexis Capitant, directeur général d’Avec Modération!, qui regroupe 15 entreprises françaises du secteur, dont Pernod Ricard et Rémy Cointreau.

Par ailleurs, la crise de la fréquentation des cafés bars et restaurants (-13,4% depuis 2008) marque une pause en 2016 où elle est restée stable. « Un coup d’arrêt qui peut sans doute être relié au rebond du tourisme en France constaté au dernier trimestre 2016, principalement de la part de la clientèle hexagonale », observe Alexis Capitant.  L’étude, divisée en trois partie, a été réalisée par un groupe de travail de l’Ifop (1.000 personnes de plus de 18 ans), ainsi que par les cabinets Kantar Worldpanel (panel de 12.000 foyers suivis en ligne) et Crest/NPD Group (échantillon de 14.000 personnes).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>