Les conditions de vie conditionnent l’espérance de vie ! Etude

Le 1 février 2017 - Par La rédaction avec l'AFP

Une étude publiée par la revue médicale britannique The Lancet ce mercredi fait le lien entre conditions socio-économiques et espérance de vie. Education, travail, revenu et santé seraient donc corrélés.

Les chercheurs à l’origine de ces travaux, réalisés dans le cadre du projet Lifepath*, consacré au vieillissement et financé par la Commission européenne, ont passé en revue 48 études effectuées aux Etats-Unis, en Australie et dans plusieurs pays européens. A l’issue, ils ont découvert que de mauvaises conditions socio-économiques, comme le fait d’avoir un travail peu qualifié ou un faible niveau d’éducation, pouvaient réduire l’espérance de vie moyenne d’une personne de 2,1 années, soit presque autant que la sédentarité.

Tabagisme, diabète, sédentarité et espérance de vie

En effet, les « sédentaires », c’est-à-dire, les personnes qui ne bougent pas suffisamment au quotidien, perdent en moyenne 2,4 années de vie tandis que le tabagisme est associé à une perte d’espérance de vie de 4,8 ans et le diabète de 3,9 ans. « Nous savons que l’éducation, le revenu et le travail affectent la santé mais peu d’études en ont évalué l’importance », explique le Pr. Mika Kivimaki de l’University College de Londres, qui a participé à l’étude.

Changer les politiques locales et nationales ?

Une étude dont les résultats amènent les chercheurs à souligner que les conditions socio-économiques mériteraient d’être prises en compte dans les politiques locales, nationales ou internationales. Pour eux, en effet, l’impact sur l’espérance de vie pourrait être plus important que des aides à l’arrêt du tabac ou des conseils diététiques, bénéficiant plus aux personnes privilégiées, finalement. « Le statut socio-économique est important parce qu’il est un résumé d’une exposition, pendant toute une vie, à des conditions et des comportements dangereux », conclut ainsi Paolo Vineis, chef du projet Lifepath*.

*Lifepath : l’objectif du projet est de comprendre les mécanismes biologiques par lesquels les inégalités sociales engendrent des inégalités en matière de santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>