La réalité virtuelle au service des thérapies mentales

Le 2 mars 2017 - Par La rédaction avec l'AFP

Et si les lunettes de réalité virtuelle devenaient des outils de thérapie mentale, pour traiter phobies, anxiété et autres addictions ? C’est en tout cas l’idée qui animent plusieurs start-ups.

« Avec la réalité virtuelle, vous pouvez créer des thérapies audiovisuelles pour les phobiques, dans un environnement sécurisé », explique ainsi Algirdas Stonys, PDG du concepteur de logiciels Telesoftas, présent au Congrès mondial de la téléphonie mobile (MWC) qui se terminait ce jeudi à Barcelone. D’ailleurs, l’entreprise lituanienne vient de recevoir des fonds européens pour financer le développement d’applications de santé mentale pour des lunettes de réalité virtuelle, en collaboration avec des universités.

Par exemple, « si vous avez peur de parler en public, vous vous retrouvez devant une pièce remplie de gens »

L’un des principes des psychothérapies dites cognitives est d’exposer graduellement le patient à ses peurs (araignées, avion, claustrophobie…) afin de l’aider à dédramatiser. L’idée est de pratiquer ces exercices grâce aux images projetées sur les lunettes de réalité virtuelle, qui permettent de s’immerger dans la situation redoutée. Par exemple, « si vous avez peur de parler en public, vous vous retrouvez devant une pièce remplie de gens », explique Vilius Smalinskas, directeur commercial de Telesoftas.

Une personne atteinte de vertige se retrouve, une fois les lunettes chaussées, dans un ascenseur accroché à la façade d’un gratte-ciel

Jusqu’ici, ces exercices se faisaient par l’imagination, ou bien via des cas pratiques, « mais nous nous sommes dits qu’à l’ère digitale, il devait y avoir quelque chose de plus », explique Xavier Palomer Ripoll, PDG de Psious. La jeune pousse catalane a vu le jour il y a trois ans parce que l’un de ses fondateurs avait justement une phobie : la peur de l’avion. Elle conçoit depuis des applications destinées aux psychothérapeutes, qui peuvent les télécharger pour les utiliser sur n’importe quel casque de réalité virtuelle en vente dans le commerce. Le médecin choisit ensuite l’environnement adapté. Par exemple, une personne atteinte de vertige se retrouve, une fois les lunettes chaussées, dans un ascenseur accroché à la façade d’un gratte-ciel. Le thérapeute, via son ordinateur, peut faire monter l’ascenseur de plus en plus haut, ou bien rendre le sol transparent pour accentuer la difficulté de l’exercice. Il peut aussi juger des progrès du patient, en voyant par exemple s’il arrive à regarder vers le bas. L’application permet aussi de mener des séances de relaxation et de méditation, dans un paysage bucolique.

Telesoftas espère à terme proposer des environnements virtuels pour traiter les troubles obsessionnels compulsifs, les syndromes post-traumatiques, l’alcoolisme et le tabagisme

Psious, qui a levé près d’un million d’euros auprès d’investisseurs en 2015, revendique 600 clients dans une quinzaine de pays, principalement en Espagne. La société conduit neuf essais cliniques avec des universités pour mesurer l’efficacité de son outil. Telesoftas espère à terme proposer des environnements virtuels pour traiter les troubles obsessionnels compulsifs, les syndromes post-traumatiques, l’alcoolisme et le tabagisme. Plusieurs start-ups américaines travaillent également sur ce type d’applications, notamment Limbix, Applied VR et Cerevrum, ainsi que la société espagnole Virtualware.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>