« La qualité de l’environnement sonore est une préoccupation de mon ministère »

Le 29 avril 2015 - Par Pour lire l’intégralité de l’ITW : www.journee-audition.org

A l’occasion de la 18e Journée Nationale de l’Audition, la Ministre de la Santé, Marisol Touraine a accordé une interview exclusive à l’Association JNA. Extraits.

La santé auditive dans la politique de santé

« La qualité de l’environnement sonore est une préoccupation de mon ministère. Nous abordons la question de la santé auditive en termes de prévention, de dépistage et de limitation des nuisances. Ma volonté est d’élargir la protection de la population contre les expositions sonores pouvant engendrer des dommages parfois irréversibles. Le dépistage doit être précoce car plus on attend, moins les prothèses auditives sont efficaces. Je pense en particulier aux jeunes exposés à des niveaux sonores de plus en plus élevés. Des dispositions seront introduites dans ce sens dans le projet de loi de santé. »

La santé auditive des jeunes en question

« Nous œuvrons pour un dépistage précoce des troubles de l’audition et une limitation de l’exposition à des niveaux sonores élevés. Les actions que nous menons, en collaboration avec les associations et les Agences régionales de santé, doivent être poursuivies pour atteindre nos objectifs auprès du jeune public. En collaboration avec le ministère chargé de l’environnement, nous travaillons pour fixer un niveau sonore maximal à ne pas dépasser dans les établissements recevant du public et diffusant de la musique amplifiée. Une modification de la réglementation est en cours de réflexion. »

L’accès aux soins en matière d’audition

« L’accès aux soins de tous est une priorité depuis mon arrivée à la tête de ce ministère. Je ne peux me résigner à ce que des Français soient en difficulté pour se soigner correctement dans notre pays. Notre objectif est de garantir une meilleure prise en charge des audioprothèses, en réduisant le reste à charge pour les patients. C’est pourquoi le projet de loi de santé prévoit la mise en place d’un tarif social pour les prothèses auditives pour les bénéficiaires de l’aide à l’acquisition d’une complémentaire santé. Cette mesure permettra de limiter les prix pratiqués pour des soins coûteux. Nous étudions également la possibilité d’une évolution de la nomenclature relative à la prise en charge des appareils électroniques correcteurs de surdité. »