La prévention du tabac en France depuis 1976

Le 8 avril 2016 - Par Manon Costantini

En France, comme dans la plupart des pays riches, le tabagisme est la première cause évitable de mort prématurée ou de survenue de maladies. C’est pourquoi la prévention du tabac constitue un réel enjeu de santé publique dans l’Hexagone : depuis plus de 40 ans, le gouvernement se bat contre ce « vice » qui tue. 

Principale cause «évitable» de mortalité ou de maladies, selon les termes même du Ministère de la Santé, le tabagisme représente un véritable fléau. Si Marisol Touraine a fait de cette addiction un grand combat, il faut savoir pourtant que la prévention n’a pas toujours été une réalité. Jusqu’en 1972, en effet, on pouvait même considérer que la France incitait la population à consommer puisqu’elle distribuait gratuitement des paquets de cigarettes aux soldats de l’armée française pour leur remonter le moral durant les conflits !

Campagnes de prévention : la France derrière les Etats-Unis

Alors que les effets cancérigènes du tabac ont été mis à jour dans les années 50 aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne qui décidèrent dès lors de mener de grandes campagnes de prévention, la France, elle a attendu 26 ans de plus pour agir. C’est à Simone Veil, ministre de la Santé à cette époque que l’on doit les premières mesures « anti-tabac » dans notre pays. Avec la loi Veil du 9 juillet 1976 est alors né le premier grand texte pointant directement du doigt les méfaits du tabac. La nouvelle réglementation bouleverse alors quelque peu le quotidien des consommateurs : la mention «Abus dangereux» devient obligatoire sur les paquets, la publicité est désormais interdite et certains lieux publics deviennent déjà « non fumeurs ».

Après la loi Veil, la loi Evin scelle la prévention 

Premier pas vers une incitation au sevrage tabagique, la loi Veil, si elle ne permet pas de faire baisser le nombre de fumeurs, a au moins le mérite de le stabiliser. Il faut attendre 15 ans de plus pour que les pouvoirs publics frappent un nouveau grand coup. Le 10 janvier 1992, Claude stop-tabacEvin, alors ministre délégué chargé de la Santé, prévoit dans une nouvelle loi qui prend son nom, l’interdiction de fumer dans les « lieux affectés à un usage collectif ». Les lieux publics français se scindent alors en deux parties : celle réservée aux fumeurs, et celle des non-fumeurs. Une mesure, qui s’attaque à la consommation de tabac mais qui a aussi vocation à assurer la protection des fumeurs passifs. Le texte prévoit aussi de proscrire la distribution gratuite de cigarettes et réaffirme l’interdiction de toute propagande ou publicité également. La vente de tabac se voit aussi interdite aux moins de 18 ans, même si, à l’époque il reste très facile encore pour les mineurs de se procurer des cigarettes…

Premier pas vers une incitation au sevrage tabagique, la loi Veil, si elle ne permet pas de faire baisser le nombre de fumeurs, a au moins le mérite de le stabiliser

En appui de la loi Veil, la loi Evin semble porter ses fruits puisque le nombre de fumeurs commence à diminuer dans l’Hexagone. Pour autant, fumer continue de tuer, et beaucoup… les cancers se multiplient : la sensibilisation mérite d’être renforcée. C’est ainsi qu’avec son décret, Xavier Bertrand décide en 2006 d’étendre et de préciser l’interdiction de consommer du tabac dans les lieux à usage collectif : il devient alors interdit de fumer dans les lieux fermés et couverts accueillant du public, sur les lieux de travail, dans les établissements de santé, les transports en commun, les établissements scolaires…

La prévention du tabac dans la lutte contre le cancer

Après la prévention par la loi et l’interdiction, vient le temps de la prévention par l’action et la sensibilisation. C’est ainsi que deux présidents de la République Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy vont se donner pour mission, le temps de leur mandat, de stopper le dynamisme du tabac, d’en réduire les ventes, d’en diminuer le nombre de consommateurs. En lançant le Plan Cancer, les dirigeants accompagnent  donc la lutte « anti tabac ». Et pour cause, on sait désormais, on le scande même  sur tous les paquets de cigarettes, que fumer tue.

On rappelle aussi que près de 90% des cancers du poumon sont à imputer au tabagisme…

On rappelle aussi que près de 90% des cancers du poumon sont à imputer au tabagisme… Le prix des cigarettes flambe jusqu’à attendre désormais plus de 7 euros, les paquets affichent des images écoeurantes et des messages anxiogènes, « l’artillerie » lourde de la prévention est en marche. Les résultats sont bons, nombreux sont désormais les fumeurs qui souhaitent se « repentir » mais plus du fait de la hausse des prix du fruit défendu finalement que de la réelle envie de protéger leur santé. Mais voilà déjà un bon début.

L’actuelle ministre de la Santé persiste et signe en ne comptant rien céder ni à l’industrie du tabac, ni aux fumeurs. Marisol Touraine qui veut en effet « faire de la prévention le socle de notre système de santé » poursuit une lutte acharnée. On lui doit d’ailleurs l’arrivée prochaine du paquet neutre en France qui n’enchante guère les fabricants et les buralistes. Les fumeurs, eux, verront bientôt le prix du paquet  de cigarettes augmenter une fois de plus. Le paquet neutre sera-t-il aussi efficace que les dernières mesures appliquées ?

© iStockphoto

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>