La phytothérapie en automédication : les conseils du pro

Le 1 février 2018 - Par Guylaine Masini

Éric Adami est docteur en pharmacie. Grand connaisseur des plantes et de leurs effets tant bénéfiques que délétères, il nous délivre ses conseils pour pratiquer au mieux la phytothérapie en automédication.

Quelles sont les affections concernées par la phytothérapie en automédication ?

La phytothérapie permet de traiter plus de 80 % des troubles bénins, des maladies du quotidien, des affections chroniques ou même des pathologies aiguës (anxiété, stress, endormissement, fatigue, troubles digestifs…) à condition toutefois qu’elle soit utilisée correctement ! Si les symptômes s’aggravent ou qu’aucun signe d’amélioration n’est constaté dans les trois à cinq jours, il sera probablement nécessaire de changer de stratégie.

Tous les patients de plus de 6 ans peuvent bénéficier des bienfaits de la phytothérapie

Tous les patients peuvent-ils se soigner avec des plantes ?

Tous les patients de plus de 6 ans peuvent bénéficier des bienfaits de la phytothérapie. Pour les patients les plus sensibles (les femmes enceintes, les diabétiques ou cas particuliers), il convient de prendre conseil, tant pour la fréquence que pour la dose.

Quels sont les bienfaits de la phytothérapie en automédication ?

Considérée comme «médecine douce», la phytothérapie cherche le plus souvent à traiter plus le fond que la symptomatologie, le principe n’est pas de masquer le stress par exemple, mais de chercher les moyens pour favoriser l’apaisement… il est question de stimuler et de traiter. On peut tout (ou presque) soigner avec de la phytothérapie qui demeure une stratégie à part entière, complémentaire avec l’allopathie, l’homéopathie, la micronutrition… elle s’inscrit dans un arsenal complet à disposition du bien-être du patient.

On peut tout (ou presque) soigner avec de la phytothérapie qui demeure une stratégie à part entière, complémentaire avec l’allopathie, l’homéopathie, la micronutrition…

Existe-t-il un risque à utiliser les plantes médicinales en automédication ?

Chaque plante comporte un principe actif avec une incidence sur l’organisme ou sur les traitements en cours. Toute substance active peut générer des effets secondaires. Prendre une plante inadaptée à son problème, créer une interférence avec d’autres médicaments représentent des risques à ne pas ignorer.

Prendre une plante inadaptée à son problème, créer une interférence avec d’autres médicaments représentent des risques à ne pas ignorer

Comment bien choisir ses plantes médicinales ?

Mieux vaut les acheter chez un professionnels de santé en pharmacie/herboristerie : celles vendues sur Internet par exemple ne sont pas forcément conformes à la pharmacopée. De manière générale, il est indispensable de demander conseil à son pharmacien voire de consulter son médecin au préalable. Gardons en mémoire que pendant longtemps le traitement de référence de la pharmacopée était la phytothérapie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>