Jamais sans son doudou !

Le 23 août 2017 - Par Vanessa Bernard

Toutes les mamans ont au moins une fois connu ce jour maudit : celui de l’oubli du doudou ou encore pire de sa disparition ! Pourquoi nos enfants sont-ils tellement attachés à ces petits objets ? Explications.

« La consigne des parents était pourtant simple : NE PAS OUBLIER LE DOUDOU de Jules. J’avais donc pris bien soin de poser Monsieur Lapin tout à côté de mon sac à main pour être sûre d’y penser. Jusque-là, j’avais tout juste : nourri bébé, baigné bébé, changé bébé, habillé bébé. Je ne m’étais même pas trompée dans le nombre de cuillerées pour le lait en poudre. C’est dire si j’étais concentrée ! Un peu trop peut-être… En arrivant à la crèche, je dépose Jules. La question ne se fait pas attendre : où est son doudou ? Panique à bord. Il n’est point dans mon sac à main, point dans la poussette, pas plus dans les poches de mon manteau…. Oh secours, j’ai oublié la peluche baveuse ! L’assistante maternelle est furax et ne se gêne pas pour me le faire savoir : Jules refuse de dormir sans son doudou ! IL ME FAUT SON DOUDOU ! C’est que j’ai rendez-vous à l’autre bout de Paris, moi madame… Elle s’en fiche, elle aussi veut son doudou, point barre.

Bien plus qu’une simple peluche

« Si l’anecdote fait sourire, elle est criante de vérité. La marraine à qui l’on a confié bébé pour la première n’a plus qu’à rebrousser chemin pour aller chercher ce fichu lapin saliveux. Alors pourquoi un tel drame autour d’une simple peluche ? C’est parce qu’il s’agit de bien plus qu’une simple peluche justement ! Les psychologues considèrent le doudou comme un « objet transitionnel ». Donald W. Winnicott, pédiatre et psychanalyste anglais à l’origine de l’expression transitional object, explique que le doudou est en fait la première possession de l’enfant qui n’appartient pas à son propre corps. Aux alentours de 8 mois,  celui-ci réalisant qu’il est une personne distincte de sa maman, s’attacherait donc tout particulièrement à son doudou pour mieux vivre cette séparation. Dès lors, le doudou devient le meilleur ami de bébé…

Le doudou : fondamental dans le développement

Mais qToys: small pink or lilac rabbit, isolated on white backgroundue les parents se rassurent, l’objet fétiche ne laisse rien présager de mauvais pour le développement de Junior. Au contraire. Le célèbre pédopsychiatre Marcel Rufo pense même que le doudou est fondamental dans le développement psychologique, cognitif et intellectuel de l’enfant. Il assure d’ailleurs que tous les enfants ont des doudous même s’ils restent secrets de leur entourage, par exemple, un édredon ou une couverture. Elément sécurisant, facilitant le passage d’un monde à l’autre, le doudou, souvent abandonné vers 5- 6 ans, est aussi devenu un outil pédagogique. Ainsi, il est un sujet privilégié d’enseignement et de lecture en maternelle comme en élémentaire pour captiver l’enfant et lui apprendre bien des choses. Une vraie source d’apprentissage, en définitive. Alors doudou ot not doudou ?