IVG : le droit fondamental à disposer de son corps

Le 28 septembre 2015 - Par Vanessa Bernard

A l’occasion de la journée mondiale pour le droit à l’avortement, Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes a annoncé la création d’un numéro national d’information sur l’IVG et le lancement d’une campagne de communication sur le droit des femmes à disposer de leur corps.

En réponse à toutes les femmes (un tiers de la population féminine) qui se sentent insuffisamment informées sur l’interruption volontaire de grossesse (IVG), la Minsitre de la Santé a décidé de la mise en place de certaines mesures phares, à commencer par la création d’un numéro national anonyme et gratuit : le 0800 08 11 11. Active depuis ce matin, cette nouvelle plateforme a vocation à répondre à toutes les demandes d’information, de conseil, de soutien et d’orientation en matière d’IVG, mais aussi de sexualité et de contraception. Ce numéro, confié au Mouvement français du planning familial, garantit des informations neutres et objectives sur les droits sexuels et reproductifs des femmes. En parallèle, est aussi lancée une grande campagne nationale de communication sur l’IVG et le droit des femmes à disposer librement de leur corps.  En outre, le site www.ivg.gouv.fr a également été refondu et enrichi de nouveaux contenus.

Comme 9 Français sur 10, je considère que le droit à l’avortement est un droit fondamental des femmes

La mise en place de ces mesures, annoncées dès janvier dernier s’inscrit dans la continuité des actions déjà engagées pour améliorer l’accès à l’IVG, notamment le remboursement à 100% de cet acte par l’assurance maladie, la suppression de la condition de détresse pour pouvoir avorter : c’est un droit, tout simplement, ou encore l’extension du délit d’entrave à l’information sur l’IVG. Et la Ministre ne compte pas s’arrêter là, et c’est pourquoi elle défend  aussi de nouvelles mesures dans le cadre du projet de loi de modernisation de notre système de santé,  actuellement en cours d’examen au Sénat. Ainsi, pour améliorer l’offre dans tous les territoires, ce projet de loi permet aux sages-femmes de pratiquer des IVG médicamenteuses et aux centres de santé de pratiquer des IVG instrumentales. Pour améliorer le parcours des femmes, il prévoit la suppression du délai de réflexion de 7 jours entre les deux consultations médicales prévues par la loi. « Comme 9 Français sur 10, je considère que le droit à l’avortement est un droit fondamental des femmes. Avec ce numéro national et cette campagne de communication, j’ai voulu dire aux femmes qu’elles peuvent décider librement de ce qu’elles font de leur corps. Il est important de le réaffirmer : pas de jugement, pas de pression, pas de désinformation », a ainsi déclaré Marisol Toutaine en conférence de presse, ce matin.

A lire aussi aussi le témoignage de Virginie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>