IVG : 42 ans de la loi Veil, quels progrès sont encore possibles ?

Le 17 janvier 2017 - Par Vanessa Bernard

Si de nombreux progrès ont été faits ce dernières années pour améliorer l’accès à l’IVG, reste qu’il est possible d’aller encore plus loin, estime le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCE).

Aujourd’hui, la loi Veil, qui le 17 janvier 1975 légalisait l’IVG, fête ses 42 ans ! L’occasion d’un bilan pour le HCE. En 2013, en effet, le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes avait formulé un certain nombre de recommandations quant à l’avortement, parmi lesquelles 9 sont restées sans suite, indique-t-il. Le HCE, par exemple, souhaite « le développement de l’offre de proximité ». Ainsi, une IVG par aspiration pourrait être pratiquée par des Centres de planification et d’éducation familiale (CPEF) et dans les maisons médicales pluridisciplinaires. En outre, il demande « un moratoire » sur la fermeture des centres IVG, en sachant que plus de 130 ont été fermés entre 2001 et 2011.

IVG : des progrès restent à faire…

Autre cheval de bataille pour le HCE : la mise en place rapide des enquêtes de « testings » annoncées le 28 septembre 2016 par la ministre de la Santé, Marisol Touraine, afin d’évaluer les délais de recours à l’IVG, le niveau de l’information délivrée et l’accueil réservé aux patientes. Il préconise par ailleurs que la question « des sexualités, de la contraception et de l’IVG » soit intégrée à la formation initiale et continue des professionnels.

…Mais un beau chemin déjà parcouru

Parmi les recommandations demandées et mises en oeuvre, cette fois, on notera la suppression de la notion de détresse comme condition de recours à l’IVG, la simplification de l’entrée dans le « parcours » IVG grâce à la suppression du délai de réflexion de sept jours entre les deux premières consultations. On citera aussi l’amélioration du site officiel ivg.gouv.fr, lancé en 2013, garantissant une « information fiable à toutes les femmes » (avec la mise en place d’un numéro d’information anonyme et gratuit : 0800 08 11 11). Concernant l’offre de proximité, maintenant, rappelons aussi que désormais les sages-femmes peuvent réaliser des IVG médicamenteuses et les centres de santé, des IVG par aspiration.

Dernière initiative en date, enfin, l’extension du délit d’entrave à l’IVG aux sites internet pratiquant la désinformation est en cours d’examen au Parlement.

Source : AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>