e-santé : Marisol Touraine veut aller plus loin !

Le 6 juillet 2016 - Par Manon Costantini

Marisol Touraine, ministre de la Santé, vient d’énoncer les grands traits de la nouvelle stratégie nationale e-santé à horizon 2020. Le plan se décline en quatre axes très prometteurs. Résumé.

Le développement actuel de la santé connectée au ralenti

Depuis que nous sommes entrés dans l’ère numérique, l’e-santé représente une part majeure du système sanitaire du gouvernement français. Les différentes formes de communication, la facilité d’accès aux informations et les technologies en général sont mises au service de la science depuis quelques années déjà. Pour autant, le développement de l’e-santé peine encore à se déployer… Marisol Touraine compte bien pallier le problème !

C’est au sein des locaux de la start-up française BePATIENT que la ministre de la Santé a choisi de présenter le nouveau plan d’action concernant la santé connectée. D’ici quelques mois, durant l’automne, un conseil stratégique devrait être mis en place. Ce dernier devrait alors rassembler des professionnels du secteur sanitaire, des usagers, des institutions publiques mais également des industriels.

Quatre axes très prometteurs pour l’avenir de l’e-santé

La stratégie s’articule autour de quatre grandes priorités. En premier lieu, Marisol Touraine annonce un développement de la médecine connectée grâce à un plan « big data » en santé. L’explosion du nombre de données électroniques, notamment depuis l’arrivée des réseaux sociaux, est un phénomène exploitable dans le secteur sanitaire selon la ministre. Ainsi, le développement de diverses applications pour une « télémédecine » efficace est un des axes majeurs du plan e-santé. Ensuite, il est question d’inclure très prochainement les professionnels de santé dans un mouvement de « co-innovation ». Il s’agit en fait d’encourager l’initiative, le développement de l’e-santé, l’évolution de la « médecine de demain » en mettant directement en relation les professionnels, les citoyens mais aussi les acteurs économiques. On pourrait donc espérer la création d’outils de télémédecine, des applications de suivi des traitements, et bien d’autres encore. Le troisième axe concerne les démarches administratives des patients : il s’agit ici d’améliorer et de simplifier la prise de contact et de rendez-vous entre le patient et le médecin. Pour finir, Marisol Touraine entend bien renforcer la sécurité des systèmes d’information en santé pour un contrôle efficace des données de chacun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>