Comment prévenir et guérir la pneumonie ?

Le 28 février 2015 - Par Gaële Bengui

Contre la pneumonie, il y a la vaccination antipneumococcique. Pour la traiter, il y a l’antibiothérapie. Malheureusement, une fois contractée, la maladie peut s’avérer difficile à soigner et peut laisser des séquelles. Mieux vaut sans doute alors prévenir que guérir…

Inflammation d’origine infectieuse du poumon, la pneumonie est une maladie très fréquente qui touche plus particulièrement les deux extrêmes de vie, les jeunes enfants ainsi que les personnes âgées. Parmi les cas recensés, chaque année en France, les pneumonies dues au pneumocoque sont les plus répandues. « Globalement, elles représentent 30 à 50% des cas hospitalisés », selon le docteur Gaillat, infectiologue à l’hôpital d’Annecy. Contre la maladie, un seul acte préventif, la vaccination mais aussi quelques mesures d’hygiène élémentaire : « Mettre la main devant la bouche quand on tousse ou on éternue, se laver les mains régulièrement. Dans les crèches, éviter de mélanger tous les doudous, par exemple, qui sont de véritables nids à microbes… », explique de son côté le docteur Ledoux pneumophtisiologue et cancérologue à Rennes. Des conseils valables de façon générale pour se mettre à l’abri de tout ce qui peut être transporté dans l’air et limiter aussi les risques de contacter un virus quel qu’il soit. Pour le docteur Gaillat, en ce qui concerne la pneumonie, « la prévention se situe à plusieurs niveaux : la nutrition chez le sujet âgé, notamment, et l’état bucco-dentaire ». Pour les deux médecins, il ne fait donc aucun doute que certaines mauvaises habitudes de vie peuvent être délétères aux poumons.  

pneumonie

Du préventif au curatif

La vaccination est bien sûr plus que conseillée pour une prévention optimale, mais pas uniquement contre la pneumonie d’ailleurs. La plupart des professionnels de santé préconise, en effet, une double piqûre, contre le pneumocoque et la grippe saisonnière, également, « une partie des pneumonies arrivant après des infections virales comme la grippe », explique Anne Bergeron-Lafaurie, professeur exerçant au service de pneumologie de l’Hôpital Saint-Louis, à Paris. Mais comment la maladie se soigne-t-elle une fois qu’un patient en est atteint ? L’antibiothérapie reste à ce jour le moyen le plus efficace de guérir les malades touchés par une pneumonie bactérienne. Pour les pneumonies virales, en revanche, elle n’aura aucun effet, le médecin aura donc à traiter les symptômes. Et, une fois la maladie éradiquée, quelles seront les précautions à prendre ? « Faire un contrôle à 3 mois par radiographie, puis recommencer l’opération une fois par an afin de vérifier les atteintes séquellaires », conclut Jean-Pierre Ledoux.