Cancer

La survenue d’un cancer ou d’une tumeur maligne nécessitent l’intervention d’un médecin spécialiste en la matière. Souvent découvert par le médecin traitant, le cancer est ensuite confié au médecin cancérologue ou oncologue qui connaît parfaitement le sujet et joue le second rôle dans le combat contre la maladie, le premier rôle étant porté par le patient lui-même. Le cancérologue est donc à même de traiter les cancers agressifs, bien ancrés dans l’organisme, tenaces comme le cancer du sein, de la prostate, du colon ou encore le mélanome (cancer de la peau). Après avoir vérifié les antécédents familiaux et personnels, les précédents examens, les symptômes ressentis, les traitements médicaux en cours et effectué un examen clinique lors de la consultation le cancérologue/oncologue est capable de mesurer l’état général du bilan. Finalement, le médecin peut prescrire des examens complémentaires ainsi qu’un traitement adapté. La France dispose de plus de 500 cancérologues sur un total de 92 000 spécialistes confondus reconnus par le conseil de l’ordre des médecins.

Avec la démocratisation de la prise en charge du patient cancéreux en ville, les médecins généralistes sont de plus en plus sollicités dans le cadre du suivi des malades. Seulement voilà, il semblerait que le manque d'information ou de communication avec l'hôpital leur compliquerait la tâche

Malgré le dépistage organisé du cancer du sein en France, la fréquence des interventions les plus lourdes, telles que les ablations totales du sein, n'a elle pas diminué, révèle une étude publiée ce jeudi... Que faut-il en déduire ?

Meilleurs articles

Malgré le dépistage organisé du cancer du sein en France, la fréquence des interventions les plus lourdes, telles que les ablations totales du sein, n'a elle pas diminué, révèle une étude publiée ce jeudi... Que faut-il en déduire ?