Bonne nouvelle : nos adolescents se sentent bien !

Le 26 décembre 2016 - Par Vanessa Bernard

Pour les adolescents, les années collège représentent une période de changement. Tous les 4 ans, l’enquête internationale HBSC (Health Behaviour in School-aged Children), menée dans plus de 40 pays dresse une photographie précise de la santé et du bien-être des ados de 11 à 15 ans. Et bonne nouvelle, en France, les 11-15 ans semblent bien se porter !

Dans le cadre du volet français de la HBSC, ce sont ainsi 7 000 collégiens qui ont répondu à l’enquête dans 169 établissements publics et privés de France métropolitaine. Globalement, l’enquête révèle « qu’une majorité des adolescents se sent plutôt bien » avec 88 % des collégiens qui se sentent en bonne santé et 82 % qui ont une perception positive de leur vie (les garçons davantage que les filles).

Des inégalités sociales entre foyers modestes et favorisés

Pour autant, des inégalités sociales sont à noter sur les états et comportements de santé des adolescents. Quand la proportion de collégiens se déclarant en excellente santé est significativement supérieure dans les milieux socio-économiques favorisés (41 %) comparés aux moins favorisés (34 %), l’obésité et le surpoids sont plus marqués chez les élèves les moins favorisés comparés aux plus favorisés (18 % vs 8 %) ; les élèves déclarant ne pratiquer aucune activité physique sont également plus souvent issus des familles les plus modestes (7,9 % vs 2,4 %).

Les familles modestes mangent « moins bien »

La prise quotidienne d’un petit déjeuner, les jours de classe, est plus fréquente chez les élèves les plus favorisés (66 %) que chez les moins favorisés (58 %). De même, la consommation quotidienne de fruits et/ou légumes, qui concerne en moyenne 2/3 des collégiens, est plus élevée dans les familles aisées (68 % vs 57 %) alors que l’inverse est observé concernant les boissons sucrées (26 % vs 35 %). Le brossage des dents au moins 2 fois par jour, conformément aux recommandations, est plus souvent pratiqué chez les élèves issus des familles les plus favorisées : 82 % contre 72 % pour les foyers plus « modestes ».

Des évolutions positives et négatives…

Mais l’enquête met aussi en avant une évolution positive quant au comportements des collégiens vis-à-vis, par exemple, de l’augmentation du brossage des dents, de la diminution de la violence et du harcèlement, ou encore de l’augmentation de la pratique régulière d’un sport…

Côté, évolutions moins positives, maintenant, notons une perception plus négative de la vie chez les filles, des plaintes psychologiques (déprime, irritabilité…) et/ou somatiques (mal de dos, de tête…) récurrentes plus fréquentes, une augmentation du stress dû au travail scolaire. Mais aussi, la baisse de l’usage du préservatif lors du dernier rapport sexuel… Alors, oui nos ados vont bien, mais il faut toutefois continuer de les écouter, de les alerter et, bien sûr, de les aimer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>