Autisme : quels sont les signes ?

Le 18 janvier 2017 - Par Vanessa Bernard

Trouble neuro-développemental précoce qui dure toute la vie, l’autisme ne connaît malheureusement aucun traitement permettant de le combattre. On estime pourtant que l’autisme toucherait 1 personne sur 100.

Si l’autisme peut être repéré avant l’âge de 2 ans, son diagnostic est toutefois possible tout au long de la vie. Différents facteurs en interaction constante sont représentatifs de ce trouble : la , le développement cérébral et le comportement. Il se repère par le constat de troubles de la communication, des intérêts ou activités obsessionnels, des comportements à caractère répétitif, ainsi qu’une forte résistance au changement. Chez l’autiste, on trouve aussi souvent des hyper ou hypo-sensibilités sensorielles face aux sons, à la lumière, aux couleurs, au touche, par exemple. Des signes qui s’expriment avec des intensités variables. Malheureusement, à ce jour l’état des connaissances ne permet pas encore de comprendre précisément toutes les causes de l’autisme.

Autisme : comment le repérer ?

Parler peu, pas du tout ou présenter un langage qui semble « bizarre » fait partie des signes. De même, la répétition inadaptée des derniers mots entendus ou de morceaux de phrases, une communication inadaptée, une difficulté à exprimer ses émotions, une non-compréhension de l’implicite et du second degré… peuvent aussi mettre en alerte. L’autiste peut également avoir des difficultés d’ordre social : ses regards ne sont pas adaptés à la situation, il n’arrive pas à se mettre à la place de l’autre, à partager un intérêt, il a un sens sans doute trop aiguisé du détail… Des signes toutefois assez implicites, difficiles à repérer pour les proches. D’autres sont plus « éloquents » : des comportements répétitifs comme une répétition involontaire et rythmique des mêmes mots, des gestes ou rituels ou encore des activités restreintes ou, au contraire, qui tournent à l’obsession…

Différents types d’autisme

Bien sûr, toutes les personnes présentant ce trouble ne sont pas les mêmes. Il est, par exemple, des patients autistes qui vont être très loquaces quand d’autres vont avoir un grand mal à s’exprimer. Quand certains vont parfaitement maîtriser un apprentissage, d’autres n’y parviendront pas du tout. C’est pourquoi on parle de troubles du « spectre » de l’autisme. C’est grâce à des évaluations fonctionnelles réalisées par des équipes pluridisciplinaires qu’il est possible, tout au long de la vie, de décrire chaque personne sur la base de ses compétences et de ses difficultés. Une description qui est amenée à être revue et adaptée au fur et à mesure du temps.

Une prise en charge qui doit être globale

Pathologie globale du développement de l’enfant présentant donc des déficits dans différents domaines cognitifs, l’autisme ne connaît pas de traitement médicamenteux.  C’est pourquoi, une prise en charge dite « globale » est préconisautisteée. Il s’agit-là, en fait, de favoriser le développement de différents domaines d’acquisitions : compétences sociales, langage, communication non verbale, reconnaissance d’autrui, acquisition de l’autonomie… Différents programmes ont été développés. Mais un long chemin reste encore à parcourir : l’autisme demeure l’un des grands défis de la Recherche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>