Allergies : attention aux pollens de bouleau

Le 27 mars 2017 - Par La rédaction avec l'AFP

Les pollens de bouleau, très redoutés par les allergiques, font leur apparition en France avec un risque d’allergie déjà élevé dans une partie de la région Auvergne-Rhône-Alpes, selon le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA).

« Dans une large moitié Nord, les pollens de bouleau seront de plus en plus présents dès que le soleil s’installera et pourront porter le risque à un niveau moyen voire localement élevé », précise ainsi le Réseau sur son site internet. Le risque est dès à présent élevé dans les départements du Rhône, de la Drôme, de l’Ardèche et de l’Isère, selon la carte publiée. Dans le sud de la France et notamment sur le pourtour méditerranéen, où les pollens de bouleau seront moins actifs, les pollens de cyprès, arrivés il y a
déjà plusieurs semaines, continueront à sévir encore quelques jours, accompagnés des pollens de platane.

Des réactions allergiques à la clé

D’autres pollens (frêne, saule et peuplier) commencent également à se répandre sur l’ensemble du territoire, mais ils présentent pour l’instant un faible risque d’allergieQuant aux pollens de graminées, l’autre bête noire des allergiques, ils
arrivent dans l’Ouest et devraient se répandre peu à peu sur tout le territoire, selon le RNSA. Les différents pollens présents dans l’air peuvent provoquer des réactions allergiques, comme des rhinites ou des conjonctivites, qui varient en fonction
du type et de la concentration de pollen.

En France, environ 30% de la population adulte et jusqu’à 20% des enfants seraient aujourd’hui allergiques à des pollens

En France, environ 30% de la population adulte et jusqu’à 20% des enfants seraient aujourd’hui allergiques à des pollens, selon l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses). Le Dr Isabelle Bossé,  présidente du Syndicat français des allergologues (SYFAL) souligne pour sa part que les allergies ont tendance à s’aggraver « sous l’effet de la pollution et du réchauffement climatique » et qu’elles ont « un réel impact sur la vie quotidienne des patients et sur
notre système de santé ». Pour limiter la gène occasionnée par les pollens, le SYFAL ainsi les gestes simples à adopter pour se prémunir parmi lesquels la limitation des activités en plein air ou encore l’aération des logements tôt le matin ou tard le soir,
en évitant les heures les plus chaudes lorsque la concentration de pollens dans l’air est la plus élevée. Pour les personnes les plus sensibles, le SYFAL conseille de changer de vêtements ou de se laver les cheveux pour se débarrasser des pollens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>